Chaux vive et vi­triol : les bonnes re­cettes de nos an­cêtres

Causette - - SOMMAIRE -

« Dis donc, Ma­man, de­puis quand tu te teins les che­veux ? – À peu près 50 000 ans, ma puce. (Bien avant mon pre­mier che­veu blanc, donc.) »

Moi, mes aïeux, aïeules et les vôtres, nous les êtres hu­mains, nous avons com­men­cé à nous teindre les che­veux quand nous nous sommes or­ga­ni­sé·es en so­cié­té. C’est ce qu’ex­plique l’his­to­rienne Vir­gi­nie Gi­rod : « Pen­dant la pré­his­toire, les hommes et les femmes se pa­rent, se ma­quillent, se co­lorent les che­veux et la peau avec les mêmes sub­stances qu’ils uti­lisent pour peindre les grottes. » Du rouge grâce à l’hé­ma­tite, un mi­ne­rai broyé, de l’ocre ti­rée de l’ar­gile, du noir de char­bon de bois. A prio­ri une co­lo­ra­tion des­ti­née à em­bel­lir et pas à ca­cher ses che­veux blancs (en­core que… M. et Mme Cro-Ma­gnon ne nous ont rien confié là-des­sus). « La tein­ture des che­veux blancs est ap­pa­rue dès que la so­cié­té pa­triar­cale s’est or­ga­ni­sée * et que les femmes ont été sou­mises au de­voir de plaire pour as­su­rer la reproduction, pré­cise Vir­gi­nie Gi­rod. Ca­cher les che­veux gris fait alors par­tie du ­pro­ces­sus qui com­mande de res­ter dé­si­rable le plus long­temps pos­sible. » Pour­tant, les hommes aus­si craignent les marques de l’âge. En Orient, dès 4 000 ans avant l’ère chré­tienne, comme les femmes, ils uti­lisent le hen­né, mé­lan­gé avec du sang de boeuf ou des tê­tards pi­lés pour ob­te­nir de belles nuances rouge-oran­gé. Et pour ca­cher leurs che­veux blancs, ils s’en­duisent le crâne de sang sor­ti de la corne d’un tau­reau noir. Cette pré­pa­ra­tion ma­gique vous com­mu­nique en plus la force du tau­reau ! C’est ca­deau.

Nos loin­tains an­cêtres sont co­quets et, pour nour­rir ce pé­ché mi­gnon, ils uti­lisent des sub­stances im­mondes, d’ac­cord, mais in­of­fen­sives. Hé­las, ça va se gâ­ter. Le poète Ovide, vers l’an 15 avant J.-C., note dans le poème À Co­rine, sur la perte de ses ­che­veux, que la­dite Co­rine a net­te­ment abu­sé de la tein­ture. En ef­fet, on se trans­met alors

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.