La cou­leur de l’ar­gent

Causette - - SOMMAIRE -

Je vous l’avoue d’en­trée, avant d’écrire cet ar­ticle sur la tein­ture de che­veux pour hommes, je n’ai pas pous­sé la dé­on­to­lo­gie jus­qu’à al­ler me faire ba­di­geon­ner les tifs chez le mer­lan * du coin. Je n’ai pas non plus osé la cou­leur à faire chez soi (même avec une marque qui ne donne pas le can­cer) : j’aime mes che­veux tels qu’ils sont. Je me suis néan­moins im­mer­gé sans ré­serve dans le monde éche­ve­lé de la co­lo­ra­tion pour hommes pour en re­ve­nir plus ins­truit. Et voi­ci, dans le dé­sordre sa­vam­ment étu­dié d’un coif­fé-dé­coif­fé, les quelques idées re­çues que j’y ai trou­vées. Pour beau­coup, c’est même un « atout sé­duc­tion » (hé ! ouais ! c’est in­juste, mais c’est comme ça). La plu­part des co­lo­ra­tions mas­cu­lines, con­trai­re­ment aux fé­mi­nines, ne sont donc pas des­ti­nées à cou­vrir les che­veux blancs, mais à les « su­blaï­mer ». Pour ce­la, deux pos­si­bi­li­tés : soit on uti­lise des sham­poings à base de vio­let ou de bleu pour neu­tra­li­ser le jau­nis­se­ment des che­veux blancs, soit on ap­plique une tein­ture lé­gère au peigne pour gar­der l’ef­fet poivre et sel. Car em­bel­lir la che­ve­lure qu’il nous reste sans la dé­na­tu­rer, c’est ça notre truc à « nous-les-hommes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.