On l’a eue, notre ré­vo­lu­tion !

Causette - - ÉDITO - Cau­sette

Sous les pa­vés, #MeToo. Il est in­ter­dit d’in­ter­dire ? Ouais, sauf Har­vey Wein­stein, les frot­teurs du mé­tro, les har­ce­leurs de tout poil et autres sexistes pa­ten­tés. C’est fi­ni ce temps-là. Y a un avant et un après. Le gros pa­vé dans le pa­triar­cat. Plouf. Cin­quante ans après Mai 68, une nou­velle ré­volte a eu lieu. Aus­si ra­pide, aus­si bru­tale. Cette fois, peut-être, ir­ré­ver­sible. Et cette ba­taille, pour le coup, c’est la nôtre. Pas peu fières, dis donc. Tu te rends compte le che­min par­cou­ru ? Ouais, parce qu’il faut pas se leur­rer, Mai 68, c’était su­per, mais les gon­zesses, fal­lait pas trop qu’elles l’ouvrent quand même. Fais les pan­cartes et tais-toi. Da­ny le rouge va par­ler à ta place, tu ver­ras, ce se­ra mieux. Pour ce qui est de hur­ler dans le mé­ga­phone, tu pou­vais tou­jours te bros­ser. Reste donc en queue de cor­tège. Tiens, toi qu’es ­soi­gneuse, t’au­ras qu’à por­ter le sac des cock­tails Mo­lo­tov. D’ailleurs, elles le disent elles-mêmes, nos co­pines qui en étaient, l’éga­li­té femmes-hommes, c’était pas leur com­bat. Y avait as­sez à faire avec les bour­geois et le grand ca­pi­tal. Cin­quante ans après, on l’a bien prise, la pa­role, t’in­quiète pas. Li­bé­réeeeeeee, dé­li­vréeeeeeee… Ça nous a pris quelques dé­cen­nies, mais main­te­nant qu’on a at­tra­pé le cra­choir au vol, crois bien qu’on va pas le lâ­cher de si tôt. Le Scotch col­lé sur nos lèvres ? Ar­ra­ché ! Deux en un, ça m’a épi­lé le du­vet et ou­vert grand la bouche. En plus, je vais te dire, en ce mois de mai 2018, y a de quoi beu­gler en fou­lant l’as­phalte. Entre les che­mi­nots, les étu­diant·es, les re­trai­té·es et les in­fir­mières, la conver­gence des luttes, je la sens bien. Al­lez, comme on le chan­tait à l’époque : « Le­vons-nous femmes es­claves/Et jouis­sons sans en­traves/De­bout, de­bout, de­bout ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.