Da­vid, 30 ANS

Causette - - CULET CHEMISES -

« L’ir­rup­tion de mes idées fé­mi­nistes s’est faite pro­gres­si­ve­ment dans ma sexua­li­té. Je di­rais qu’au­jourd’hui j’ai plus de lais­ser-al­ler qu’au­pa­ra­vant. J’as­sume d’avoir des failles et des pannes. C’est aus­si prendre en compte les en­vies de ma parte­naire, lui faire sen­tir que je ne juge pas son corps, ses en­vies ou ses dé­si­rs. Un exemple tout con, mais que je trouve éclai­rant : j’ai réa­li­sé qu’on di­sait sou­vent d’un homme qu’il a “bai­sé” une femme, alors que l’in­verse est moins vrai. Mes ré­flexions sur le fé­mi­nisme m’ont ame­né à pen­ser que je pou­vais me “faire bai­ser” par une femme. Ça n’a l’air de rien dit comme ça, mais ça change beau­coup de choses. C’est mettre de la ré­ci­pro­ci­té dans les échanges et pas sim­ple­ment res­ter dans des rôles gen­rés stricts. C’est ne plus se dire “OK, je suis là pour ban­der, faire jouir et elle va gé­mir et se lais­ser faire”, mais “elle a des en­vies, moi aus­si, je peux me lais­ser faire, me faire bai­ser, si elle en a en­vie”. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.