TERROIRS D’AU­JOURD’HUI, SA­VEURS D’AN­TAN

Causette - - ON NOUS PREND POUR DES QUICHES ! - A. C.

Heu­reu­se­ment que les fes­ti­vi­tés fran­çaises sont là pour nous rap­pe­ler à nos vraies va­leurs. Ain­si de la fête de la Saint Mar­cel­lin à Boul­bon (près de Ta­ras­con, dans les Bouches-du-Rhône), dont la « pro­ces­sion des bou­teilles », chaque 1er juin, im­pose aux femmes de res­ter à la porte de la cha­pelle, où seuls les hommes sont au­to­ri­sés à en­trer pour por­ter le vin à bé­nir. Un ré­si­du de « dis­cri­mi­na­tion sexiste » , se­lon l’As­so­cia­tion des libres pen­seurs de France (ADLPF), qui s’en est of­fus­quée, dé­but mai, dans un cour­rier au maire.

L’oc­ca­sion par­faite pour Ber­nard Du­pont, édile de la fière Boul­bon, de se payer la tête de ces « Pa­ri­siens » qui croient pou­voir nous ar­ra­cher nos tra­di­tions d’an­tan. Pre­nant à té­moin ses ad­mi­nis­tré·es, il a pu­blié, dans la ga­zette mu­ni­ci­pale, la lettre de l’ADLPF, sa ré­ponse et celle du cu­ré de Ta­ras­con. « Cette pro­ces­sion se dé­roule sur la com­mune de­puis au moins le XVIIe siècle et consti­tue une tra­di­tion lo­cale et po­pu­laire, dé­fend-il. Le vin bé­nit au­rait gué­ri des fièvres, saint Mar­cel­lin est éga­le­ment in­vo­qué pour ob­te­nir la pluie », in­siste-t-il, sans qu’on voie très bien le rap­port. Quant à « Lou cu­rat de Bour­boun », comme il signe sa mis­sive, lui non plus ne donne au­cune jus­ti­fi­ca­tion à la « dis­cri­mi­na­tio sexis­ta » (sic) sé­cu­laire, mais la dé­fend bec et ongles. « Tout ce­la n’a ja­mais gê­né les Boul­bon­naises dont le ma­gni­fique port al­tier, fier et de grande no­blesse, sait mettre la femme en va­leur et prouve à lui seul la place pri­vi­lé­giée qu’elle oc­cu­pait et oc­cupe tou­jours dans la so­cié­té pro­ven­çale… » Contrai­re­ment à d’autres : « Je vous in­vite en re­vanche à vous pen­cher vrai­ment sé­rieu­se­ment sur les bars, res­tau­rants et autres “sa­lons de thé” ma­ro­cains ou al­gé­riens qui ont pi­gnon sur rue et bou­le­vard de notre bonne ville de Ta­ras­con, vous au­rez bien des su­jets pour y exer­cer votre sa­ga­ci­té... Mais il est vrai que l’on doit alors s’at­ta­quer à une cer­taine forme de sexisme mu­sul­man, tel­le­ment moins grave que tout ce qui est pro­pre­ment “ca­tho­lique et boul­bon­nais” ! » Jouer la carte du « com­mu­nau­ta­risme mu­sul­man » pour dé­tour­ner l’at­ten­tion sur l’im­pos­sible ré­forme d’une vieille tra­di­tion : lou cu­rat ne fe­rait-il pas dans la mau­vaise... foi ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.