LE CHAS­SEUR QUI SE TIRE UNE BALLE DANS LE PIED

Causette - - ON NOUS PREND POUR DES QUICHES ! - A. B.

On ne sait pas s’il a fait les frais d’un « bon chas­seur » ou d’un « mau­vais chas­seur ». Tou­jours est-il que sa­me­di 13 oc­tobre, Mark Sut­ton, un res­tau­ra­teur de 34 ans, se pro­me­nait en VTT en Haute-Sa­voie lors­qu’il s’est pris une balle mor­telle, en marge d’une bat­tue au gros gi­bier. Un « bête » ac­ci­dent de chasse comme il s’en pro­duit chaque an­née en France – 113 du­rant la der­nière sai­son, dont 13 mor­tels. Alors, pour évi­ter un nou­veau drame, Alain Pe­rea, dé­pu­té LRM de l’Aude, a trou­vé la so­lu­tion : sur Twit­ter, il a tout bon­ne­ment pro­po­sé d’in­ter­dire… le VTT pen­dant la sai­son de la chasse. La­quelle, après tout, « ne dure que quatre mois par an », comme l’a pré­ci­sé l’élu, qui co­pré­side le groupe d’études sur la chasse à l’As­sem­blée. Alors que sa pro­po­si­tion a – éton­nam­ment – sus­ci­té un tol­lé, Alain Pe­rea a fi­ni par s’ex­cu­ser pour « ce tweet mal­adroit » qui a été « mal in­ter­pré­té » . Ce qu’il vou­lait dire, en fait, c’est que nous de­vrions « mieux par­ta­ger nos ter­ri­toires pour que cha­cun puisse vivre sa pas­sion en toute sé­cu­ri­té », plu­tôt que de se « re­je­ter mu­tuel­le­ment » . Com­pris, les vé­té­tistes ?

« Les ven­deurs de par­quets sont ins­pi­rés, n’est-ce pas ?! J’ai sou­dain un mal fou à ré­fré­ner mon en­vie d’al­ler bé­né­fi­cier de leurs “offres”. À la vue de ce chef-d’oeuvre pu­bli­ci­taire, à deux doigts d’avoir un ac­ci­dent, je ne peux que consta­ter l’am­pleur des dé­gâts... » El­sa

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.