CONTRE : Éli­sa­beth Ba­din­ter

Causette - - SANTÉ -

CAU­SETTE : Que pen­sez-vous de ce dé­bat sur la sup­pres­sion de la clause de conscience spé­ci­fique à l’IVG ?

L’ir­rup­tion de ÉLI­SA­BETH BA­DIN­TER : ce dé­bat m’a beau­coup i­nter­ro­gée. Fi­na­le­ment, après ré­flexion, et même si je suis par­ti­cu­liè­re­ment at­ta­chée au droit à l’IVG, je peux dire que l’idée de sup­pri­mer la clause de conscience concer­nant l’IVG me semble dan­ge­reuse. Cette me­sure a les mêmes res­sorts phi­lo­so­phiques que l’État de droit, qui per­met, par exemple, à des ap­pe­lés de ne pas al­ler à la guerre. [Entre 1963 et 2001, un sta­tut spé­cial pro­tège les conscrits ob­jec­teurs de conscience, ndlr.] His­to­ri­que­ment, elle a été une conces­sion né­ces­saire faite aux ad­ver­saires de l’avor­te­ment. Per­sonne, par­mi les mi­li­tants proIVG, ne se se­rait amu­sé en 1975 à dis­cu­ter ce point de la loi. Et c’est aus­si l’en­jeu ac­tuel : il est pro­bable que si vous ôtez cette conces­sion aux con­ser­va­teurs, alors ils se pré­ci­pi­te­ront pour re­lan­cer le dé­bat sur l’avor­te­ment en lui-même.

Mais par la suite, d’autres com­pro­mis tels que l’exi­gence d’une si­tua­tion de dé­tresse ou le dé­lai de ré­flexion ont dis­pa­ru de la loi Veil. Pourquoi pas la double clause de conscience ?

La clause de conscience ne É. B. : peut pas être mise au même ni­veau que ces autres d­is­po­si­tions. Il y au­rait une di­men­sion li­ber­ti­cide à contraindre et faire fi des convic­tions de cha­cun sur un tel su­jet. Et Dieu sait que je suis laïque ! Mais je se­rais tout de même un peu ­cho­quée par la dis­pa­ri­tion de cette clause. L’ar­gu­ment « c’est le sens de l’his­toire » n’est pas re­ce­vable : le pro­grès, c’est de per­mettre aux femmes d’avor­ter sur l’en­semble du ter­ri­toire fran­çais, pas d’obli­ger les mé­de­cins à pra­ti­quer cet acte. J’ai l’im­pres­sion que les femmes qui veulent avor­ter le paie­raient. De la même ma­nière qu’on fai­sait payer cher celles qui ve­naient dans des hô­pi­taux à la suite d’une hé­mor­ra­gie en­clen­chée par un avor­te­ment illé­gal.

Dans le même temps, je consi­dère que l’on a rai­son de ti­rer la son­nette d’alarme sur les dif­fi­cul­tés d’ac­cès à l’avor­te­ment en France et que la mi­nistre a rai­son de mon­ter au cré­neau face à la mon­tée en puis­sance ré­ac­tion­naire. Je suis, par exemple, com­plè­te­ment an­gois­sée par les pro­por­tions que prend cette clause en Ita­lie.

Quelle se­rait alors la so­lu­tion à vos yeux ?

Est-ce qu’il ne pour­rait pas É. B. : y avoir dans chaque dé­par­te­ment des centres IVG mi­li­tants, gé­rés par des femmes ? Le pro­blème, c’est que ce se­rait alors en­core aux femmes de se battre pour ce droit. Vous re­mar­que­rez que ce sont tou­jours les hommes qui en ap­pellent à cette clause. Et que, par ailleurs, la pa­role des femmes sur l’IVG est ré­gu­liè­re­ment confis­quée par celle des hommes. Je suis très en co­lère qu’après la scan­da­leuse com­pa­rai­son du pape entre avor­te­ment et « tueur à gages » , ce soit des hommes, et seule­ment des hommes, qu’Eu­rope 1 a fait ré­agir dans sa ma­ti­nale.

Une autre piste : re­va­lo­ri­ser cet acte dé­con­si­dé­ré en le ré­mu­né­rant mieux. Il faut re­nouer avec l’es­prit mi­li­tant du plan­ning fa­mi­lial des an­nées 1970. Après 1975, il y avait pour les mé­de­cins une cer­taine sta­ture à pra­ti­quer les IVG, car c’était être du cô­té des femmes. J’in­siste aus­si sur le fait que l’État n’est pas ex­clu du mi­li­tan­tisme : c’est à lui de ga­ran­tir et donc de fi­nan­cer le droit de toutes à avor­ter, n’im­porte où sur le ter­ri­toire.

“L’ar­gu­ment ‘c’est le sens de l’his­toire’ n’est pas re­ce­vable : le pro­grès, c’est de per­mettre aux femmes d’avor­ter sur l’en­semble du ter­ri­toire fran­çais, pas d’obli­ger les mé­de­cins à pra­ti­quer cet acte ” Éli­sa­beth Ba­din­ter

“Pourquoi une clause de conscience spé­ci­fique, s’il y en a une gé­né­rale ? C’est bien pour conti­nuer à stig­ma­ti­ser les avor­te­ments en tant qu’acte thé­ra­peu­tique et pour culpa­bi­li­ser les femmes ” Lau­rence Ros­si­gnol

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.