LA VIE COMME ELLE VIENT LA FORCE EST EN ELLE

Causette - - CULTURE - ARIANE AL­LARD

La vie comme elle vient, le deuxième long-mé­trage de Gus­ta­vo Piz­zi, nous im­merge dans le quo­ti­dien chao­tique d’une fa­mille bré­si­lienne, aus­si fau­chée que cha­leu­reuse. Au coeur de ce foyer hy­per at­ta­chant, l’exu­bé­rante Irène vi­re­volte. Épouse d’un ma­ri rê­veur et mère de quatre gar­çons (dont l’un s’ap­prête à par­tir étu­dier en Al­le­magne), cette qua­dra trouve en­core le temps de pas­ser l’équi­valent du bac, d’ac­cueillir sa soeur (vio­len­tée par son ma­ri) et d’ar­ron­dir les fins de mois en ven­dant des nouilles à l’ar­rière de son break fa­mi­lial. En clair, elle col­mate les brèches comme elle peut. No­tez qu’il ne s’agit pas seule­ment d’une mé­ta­phore puisque sa mai­son prend l’eau, lit­té­ra­le­ment !

Bien sûr, ça n’est pas la pre­mière fois que le ci­né­ma dresse le por­trait d’une mère cou­rage. Sauf que celle-là ex­hale un charme sin­gu­lier, très frais, qua­si ado­les­cent. Eh oui ! Il n’y a pas que les en­fants qui gran­dissent ici : Irène aus­si, qui ap­prend à ré­in­ven­ter sa vie tan­dis que son fis­ton s’éman­cipe. La vie comme elle vient donne à voir la ma­tu­ri­té fé­mi­nine non plus comme une épreuve mais comme un nou­vel élan. Dou­ble­ment im­pul­sé par la co­mé­dienne Ka­rine Teles… For­mi­dable in­ter­prète d’Irène, cette brune aux yeux clairs a éga­le­ment co­écrit le scé­na­rio du film. Tiens donc !

La vie comme elle vient, de Gus­ta­vo Piz­zi. Sor­tie le 26 dé­cembre.

Un film de Gu­ta­vo Piz­zi où la ma­tu­ri­té fé­mi­nine est vé­cue comme un nou­velélan. Ka­rine Teles y in­ter­prète une mère cou­rage au charme ju­vé­nile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.