PIERRE RABHI, LA CA­RI­CA­TURE D'UN PRO­PHÈTE

Causeur - - Pas Très Catholique­s, Les Crèches? - Daoud Bou­ghe­za­la

Dé­but dé­cembre, j’ai eu la chance de ren­con­trer Pierre Rabhi, l’agri­cul­teur éco­lo des Cé­vennes, que l’on a tôt fait de ré­su­mer à ses grou­pies de pa­pier gla­cé (Ma­rion Co­tillard, Zaz, Mé­la­nie Laurent, etc.). Al­lé­ché par l’en­tre­tien sans oeillères qu’il avait ac­cor­dé à la re­vue Ul­treïa, je me pro­po­sais d’en sa­voir plus sur son cô­té obs­cur, un rien ré­ac. Un dé­crois­sant lec­teur de Léon Bloy ne pou­vait être le Rabhi de la crèche qu’adulent Ca­nal + et France In­ter.

Pre­mière sur­prise, dès le dé­but de l’in­ter­view, son at­ta­chée de presse nous a mar­qués à la cu­lotte, fa­çon agent de Tom Cruise, m’in­ter­di­sant no­tam­ment de ques­tion­ner son pro­té­gé sur l’en­quête à charge au­tour de ses his­toires de gros sous, pu­bliée dans le der­nier nu­mé­ro de Va­ni­ty Fair. Fai­sant contre mau­vaise for­tune bon coeur, je me di­sais qu’un en­ca­dre­ment so US était somme toute un prix rai­son­nable à payer. Mal­gré son pri­mi­ti­visme un brin sim­pliste, le pa­triarche ne me dé­ce­vait pas en­tiè­re­ment, m’of­frant quelques sor­ties d’un ré­ac ca­ra­bi­né (« La mo­der­ni­té est ab­surde. C'est une bouf­feuse d'êtres hu­mains » ; « Si on élec­tri­fie l'afrique tout en­tière, des fri­gos, des ap­pa­reils élec­tro­niques et toutes sortes de tech­no­lo­gies vont dé­fer­ler. »)

Ce­rise sur le gâ­teau bio, Rabhi se fen­dait d’une cri­tique de la loi Tau­bi­ra que la mo­rale LGBT m’in­ter­dit de ré­pé­ter in ex­ten­so. Mor­ceau choi­si : « La Na­ture a tel­le­ment bien fait les choses que la re­pro­duc­tion s'ac­com­plit très sim­ple­ment de­puis les ori­gines de l'hu­ma­ni­té. Je ne sais pas pour­quoi au­jourd'hui on cherche à com­pli­quer les choses. » Plus Bar­jot qu’adop­tion homo, le Pier­rot !

Comme vous le de­vi­nez peut-être, si j’écris cette brève au pas­sé, c’est qu’un pe­tit hic a tout gâ­ché. Je vous la fais courte. Après que votre ser­vi­teur a consa­cré des heures à la ré­écri­ture du­dit dia­logue, l’at­ta­chée de presse du sieur Rabhi en va­li­dait l’in­té­gra­li­té… à deux coupes près : mes sar­casmes sur son fan-club mé­dia­tique et une ques­tion/ré­ponse au­tour de l’adop­tion pour tous. Qu’à ce­la ne tienne, j’y consen­tais sans hé­si­ta­tion. Coup de théâtre quelques mi­nutes plus tard : Rabhi ne sou­hai­tait plus pu­blier cette in­ter­view, m’ex­pli­quait sa col­la­bo­ra­trice sans autre forme de jus­ti­fi­ca­tion.

Sans doute pour évi­ter de cha­gri­ner ses amis pro­gres­sistes (ou, pour le dire moins gen­ti­ment, mé­na­ger ses ami­tiés strass et paillettes de gôche), Rabhi m’a aban­don­né en rase cam­pagne. Il pa­raît que cet an­cien born-again ca­tho condamne fer­me­ment les des­sins sa­ti­riques de Ma­ho­met. Est-ce une rai­son pour se com­por­ter en ca­ri­ca­ture de (faux) pro­phète ? •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.