AF­FAIRE MAYOL : VALLS CONTRE-AT­TAQUE

Causeur - - Sommaire N° 29 – Novembre 2015 - Par Jean-paul Li­lien­feld

Le 26 oc­tobre, à l'hô­tel de Ville de Pa­ris et en pré­sence du Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls, le co­mi­té Laï­ci­té Ré­pu­blique a dé­cer­né le 10e prix de la laï­ci­té à Sa­muel Mayol. Ce sou­tien bien­ve­nu au di­rec­teur de L'IUT de Saint-de­nis (qui, ac­ces­soi­re­ment, s'est fait cas­ser la fi­gure il y a quelques jours) n'est pas ano­din : il in­ter­ve­nait deux jours avant la convo­ca­tion par lettre re­com­man­dée en­voyée par son su­pé­rieur hié­rar­chique, Jean-loup Salz­mann, pré­sident de l'uni­ver­si­té Pa­ris XIII (dont dé­pend L'IUT), en pré­sence du DRH et du di­rec­teur gé­né­ral des ser­vices. Le pro­to­cole ha­bi­tuel pour une mise à pied.

Quand on sait à quel point le pré­sident de Pa­ris XIII a du mal à prendre des me­sures concer­nant les pro­blèmes sou­le­vés par le di­rec­teur de L'IUT de Saint-de­nis, cor­ro­bo­rés par une en­quête of­fi­cielle, on ima­gine que cette fois, il a de très sé­rieux mo­tifs Au moins aus­si sé­rieux que lors­qu'il a pour­sui­vi une pre­mière fois – sans suc­cès – au dis­ci­pli­naire une col­la­bo­ra­trice de Sa­muel Mayol, pour man­que­ment au droit de ré­serve. Puis une se­conde fois en ce mo­ment­même. Cette col­la­bo­ra­trice avait eu le mau­vais goût de re­ce­voir des me­naces, comme Sa­muel Mayol, et de voir la porte de son bu­reau ta­guée par des étoiles de Da­vid. Le pré­sident avait eu la dé­li­ca­tesse de fer­mer les yeux et de ne rien faire à ce mo­ment-là. Mais une deuxième in­car­tade ne pou­vait que le faire sor­tir de sa ré­serve.

La ré­serve, c'est pour­tant une se­conde na­ture chez mon­sieur Salz­mann. N'est-ce pas par sou­ci de dis­cré­tion qu'il n'a ja­mais pris per­son­nel­le­ment la moindre nou­velle de son di­rec­teur D'IUT après que ce­lui-ci a été agres­sé à deux re­prises par des in­con­nus qui n'ont pas es­sayé de le dé­trous­ser mais lui ont adres­sé des me­naces de mort cir­cons­tan­ciées ? Au mi­lieu de toutes ces mau­vaises nou­velles, une bonne, très bonne même : la pré­sence du Pre­mier mi­nistre, Ma­nuel Valls, à cette re­mise de prix. Pré­sence cou­ra­geuse si l'on en croit les ru­meurs de pres­sions au sein même du gou­ver­ne­ment pour le dis­sua­der de s'y rendre. D'après Me­dia­part, ce dé­pla­ce­ment du Pre­mier mi­nistre, non pré­vu à son agen­da au­rait eu lieu « au grand dam de l'ély­sée ».

Dis­cours brillant sur la laï­ci­té, pe­tite dé­di­cace per­son­na­li­sée à Sa­muel Mayol : Ma­nuel Valls prend net­te­ment po­si­tion. À la dif­fé­rence de la mi­nistre de l'édu­ca­tion qui s'est fi­na­le­ment dé­com­man­dée. Le cas­ting des ré­ci­pien­daires n'était peut-être pas à son goût

Tou­jours est-il que la convo­ca­tion dis­ci­pli­naire de Sa­muel Mayol par Salz­mann le 28 oc­tobre n'a fi­na­le­ment pas dé­bou­ché sur la mise à pied que beau­coup crai­gnaient – et que cer­tains es­pé­raient. Le pré­sident de Pa­ris XIII ne s'est fi­na­le­ment pas pré­sen­té à la réunion qu'il avait lui-même convo­quée, la ren­dant ain­si in­si­gni­fiante. Y'a pas à dire, un Pre­mier mi­nistre laïc, ça sert ! •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.