INDE

VERS UNE DIC­TA­TURE VE­GAN ?

Causeur - - Pas D'amal­game - Par Ju­lien La­thus

La pé­nin­sule voit re­naître le dé­mon des af­fron­te­ments in­ter­com­mu­nau­taires. Le BJP, par­ti na­tio­na­liste hin­dou au pou­voir de­puis un an, veut in­ter­dire aux mu­sul­mans et aux chré­tiens de consom­mer de la viande bo­vine. Un coup dur pour les ra­cines laïques de l'inde ga­rantes jusque-là d'uni­té na­tio­nale.

Le 28 sep­tembre der­nier, à Da­dri, Mo­ham­mad Akh­laq, 50 ans, et son fils, Da­nish, 22 ans, ont été lyn­chés sous les yeux de leur fa­mille par une foule d'hin­dous sor­tant d'un temple. Ces mu­sul­mans étaient ac­cu­sés d'avoir abat­tu une vache. Le père en est mort, le fils gra­ve­ment bles­sé. Une di­zaine de jours plus tard, de nou­velles ru­meurs ont en­gen­dré un nou­veau lyn­chage dans la ville de Main­pu­ri. Deux jeunes mu­sul­mans ont été sau­vés in ex­tre­mis par les forces de l'ordre, qui ont éga­le­ment été la cible de vio­lences. Tout ce­la sans comp­ter une sé­rie d'in­ci­dents dans tout le pays : mises à sac de bou­che­ries, in­cen­dies de vé­hi­cules trans­por­tant de la viande, ten­ta­tives d'attentats, pas­sages à ta­bac. L'état d'ut­tar Pra­desh, où se si­tue la ville de Da­dri, est ce­lui qui a les plus an­ciennes lois in­ter­di­sant l'abat­tage, la vente et la con­som­ma­tion de viande bo­vine. Mais dans ce pays peu­plé par 80 % d'hin­dous, le re­gain des ten­sions in­ter­com­mu­nau­taires est gé­né­ral.

Dans l'hin­douisme, la vache est un ani­mal sa­cré. Re­pré­sen­ta­tion de la Mère, elle in­carne la sa­cra­li­té de toute forme de vie, et son lait comme sa bouse ou son urine sont des sym­boles de pu­re­té et jouent un rôle dans de nom­breuses cé­ré­mo­nies re­li­gieuses. « Qu’elles ne soient ja­mais per­dues, qu’au­cun vo­leur ne les blesse ja­mais, qu’au­cun ad­ver­saire mal­veillant n’es­saye de les har­ce­ler » , or­donne le Rig­ve­da, l'un des grands textes ca­no­niques de l'hin­douisme. Seule ex­cep­tion par­mi les bo­vins, la viande des buffles d'eau est au­to­ri­sée en Inde, l'ani­mal n'étant pas consi­dé­ré comme sa­cré par les hin­dous. C'est d'ailleurs elle qui est le plus sou­vent ven­due et consom­mée en Inde (et de plus en plus ex­por­tée en Chine et au Bré­sil), sous le terme de viande de boeuf. Cette an­née, plu­sieurs autres États de l'union in­dienne ont sui­vi l'exemple en dur­cis­sant la lé­gis­la­tion in­ter­di­sant l'abat­tage et la com­mer­cia­li­sa­tion de viande de boeuf. Ain­si, de­puis mars der­nier, au Ma­ha­ra­sh­tra, qui abrite Bom­bay, la ca­pi­tale éco­no­mique et fi­nan­cière du pays, la pos­ses­sion et la vente de viande bo­vine sont pas­sibles d'une peine de cinq ans de pri­son.

Pour les minorités, et no­tam­ment les mu­sul­mans (14 % de la po­pu­la­tion in­dienne mais 24 % de la po­pu­la­tion d'ut­tar Pra­desh), ces nou­velles lois sont in­ter­pré­tées comme le signe de l'in­fluence crois­sante des ra­di­caux hin­dous de­puis l'ar­ri­vée au pou­voir en mai der­nier de Na­ren­dra Mo­di, le chef du BJP, le par­ti du peuple in­dien, mou­ve­ment po­li­tique na­tio­na­liste hin­dou. Et ils ne se cachent pas der­rière leur pe­tit doigt. À l'an­nonce de l'en­trée en vi­gueur de la loi sur le boeuf à Bom­bay, De­ven­dra Fad­na­vis, chef du gou­ver­ne­ment lo­cal de Ma­ha­ra­sh­tra et membre du BJP, dé­cla­rait voir « le rêve de la ma­jo­ri­té hin­doue du pays de­ve­nir réa­li­té ».

Autre in­dice de cette ra­di­ca­li­sa­tion, le pe­tit État de l'ha­rya­na (87 % d'hin­dous), où la pos­ses­sion de viande de boeuf est dé­jà pu­nie de cinq ans d'en­fer­me­ment, a dé­ci­dé de dur­cir la sanc­tion et do­ré­na­vant, confor­mé­ment à une loi de 1932, une in­frac­tion se­ra sanc­tion­née de dix ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle. L'amen­de­ment a été vo­té à l'una­ni­mi­té par l'as­sem­blée de l'ha­rya­na, do­mi­née par le BJP et son al­lié lo­cal, puis ap­prou­vée par le pré­sident in­dien mi-no­vembre.

Même le Ca­che­mire n'échappe pas au pro­ces­sus. Ma­jo­ri­tai­re­ment peu­plé de mu­sul­mans, cet État est une pou­drière

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.