LE SENS DU DE­VOIR EST PLUS FOR­TE­MENT AN­CRÉ DANS LE TEM­PÉ­RA­MENT GER­MA­NIQUE QUE LA BRA­VOURE.

Causeur - - Culture & Hu­meurs -

« Peut-être les juifs étaient-ils des­ti­nés à su­bir cette énorme se­cousse pour pou­voir se réunir, créer un peuple, se for­ger une iden­ti­té com­mune. » Si, par « des­ti­née », Stan­gl en­ten­dait une vo­lon­té di­vine, de­vrait-on en conclure que se­lon lui Dieu était pré­sent à Tre­blin­ka ? « Oui. Si­non com­ment ce­la au­rait-il pu ar­ri­ver ? » Les des­si­na­teurs de Char­lie Heb­do trou­ve­raient dans la bio­gra­phie de Stan­gl mille preuves de la culpa­bi­li­té de Dieu, cet « as­sas­sin » qui court tou­jours. Pla­cé au dé­but de son as­cen­sion pro­fes­sion­nelle à la tête du pro­gramme d'eu­tha­na­sie des han­di­ca­pés men­taux d'al­le­magne et d'au­triche, Stan­gl a été in­ca­pable de faire face à ses fonc­tions jus­qu'à ce qu'il ait une conver­sa­tion avec une re­li­gieuse et un prêtre, cho­qués du re­fus de la­dite com­mis­sion mé­di­cale d'ac­cor­der une « mort mi­sé­ri­cor­dieuse » à un ado­les­cent qui n'était « d’au­cune uti­li­té, ni pour lui-même ni pour per­sonne ».

Sou­mis à des pres­sions constantes, ex­po­sé en tant qu'au­tri­chien au risque d'être pu­re­ment et sim­ple­ment sup­pri­mé au cas de déso­béis­sance, Stan­gl a son­gé à se sui­ci­der, puis à dé­ser­ter. Pour­quoi ne l'a-t-il pas fait ? Il au­rait dû, a-t-on en­vie de dire. Tant d'al­le­mands au­raient dû choi­sir hé­roï­que­ment la mort plu­tôt que la cor­rup­tion mo­rale et le crime. Seule­ment, lire at­ten­ti­ve­ment Se­re­ny per­met de sai­sir que le sens du de­voir et la foi en la ver­tu de la dis­ci­pline sont plus for­te­ment an­crés dans le tem­pé­ra­ment ger­ma­nique que la pro­pen­sion à la bra­voure, sur­tout quand celle-ci exi­ge­rait d'as­su­mer sa part de res­pon­sa­bi­li­té in­di­vi­duelle dans chaque évé­ne­ment col­lec­tif. Les ren­contres de Git­ta

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.