Les Chi­nois n'en­va­hi­ront pas la Po­logne

Causeur - - Sommaire - Par Pau­li­na Dal­mayer

Il était une fois un pays ni très riche ni très pauvre qui se pré­va­lait du titre de « puis­sance ré­gio­nale ». La ré­gion en ques­tion, ap­pe­lée Eu­rope cen­trale, n’était ni par­ti­cu­liè­re­ment riche ni par­ti­cu­liè­re­ment pauvre. La va­leur de ce pays, voire sa seule ri­chesse, après que les acié­ries avaient été fer­mées et les mines trans­for­mées en mu­sées, ré­si­dait dans son em­pla­ce­ment, « cen­tral » comme le nom de la ré­gion l’in­dique. Par chance, le pays en ques­tion, ap­pe­lé Po­logne, bé­né­fi­ciait de la si­tua­tion la plus cen­trale au sein de la ré­gion cen­trale. Se pen­chant sur la carte du monde, les di­ri­geants po­lo­nais des pre­mières an­nées de ce siècle ont consta­té que c’était là une belle op­por­tu­ni­té, à la seule con­di­tion que les mar­chan­dises en­voyées de­puis la Chine vers des pays plus riches et plus im­por­tants que le leur voyagent par le train et non plus par car­go. Une dé­lé­ga­tion po­lo­naise s’est donc ren­due à Pé­kin afin d’en­ta­mer d’im­por­tantes né­go­cia­tions, qui ont du­ré long­temps car les Chi­nois sont durs en af­faires. Reste qu’ils sont éga­le­ment très ma­lins et qu’ils ont bien com­pris l’in­té­rêt de la pro­po­si­tion po­lo­naise dont la réa­li­sa­tion leur fe­rait ga­gner beau­coup d’ar­gent. Le pro­jet d’une nou­velle route de la soie a ain­si vu le jour. Les Chi­nois ont pro­mis d’in­ves­tir 100 mil­liards de dol­lars pour ache­ter des friches près de Lodz et y construire les in­fra­struc­tures adap­tées. Les Po­lo­nais n’avaient plus qu’à lan­cer un appel d’offres, his­toire de pro­cé­der dans les règles. Mais voi­là qu’entre-temps, un nou­veau gou­ver­ne­ment ul­tra­con­ser­va­teur a em­mé­na­gé à Var­so­vie avec, ce­la va de soi, un nou­veau mi­nistre de la Dé­fense, plus pa­triote que tous ses pré­dé­ces­seurs les plus pa­triotes. An­to­ni Ma­cie­re­wicz – c’est son nom – n’a guère ap­pré­cié tout ce tri­pa­touillage avec les Chi­nois, ce qu’il n’a pas tar­dé à an­non­cer of­fi­ciel­le­ment. À en croire l’in­tui­tion stra­té­gique du mi­nistre, la pré­ten­due nou­velle route de la soie ne se­rait en réa­li­té qu’une « ten­ta­tive d’ex­pan­sion chi­noise et fe­rait par­tie d’une concep­tion d’étroite en­tente entre l’eu­rope oc­ci­den­tale, la Rus­sie et la Chine, dans le but d’éli­mi­ner l’in­fluence des États-unis de l’es­pace eur­asia­tique et li­qui­der l’in­dé­pen­dance de la Po­logne ». Conclu­sion, les Chi­nois, avec leurs 100 mil­liards de dol­lars, sont al­lés dis­cu­ter de la fu­ture route de la soie avec les au­to­ri­tés rou­maines, qui leur ont fait le meilleur ac­cueil. Et le mi­nistre Ma­cie­re­wicz, hé­ros na­tio­nal, a été dé­co­ré de la mé­daille d’am­bas­sa­deur de l’éco­no­mie po­lo­naise. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.