C'ÉTAIT ÉCRIT GLA­DIA­TOR, C'EST MAIN­TE­NANT

Si la réa­li­té dé­passe par­fois la fic­tion, c'est que la fic­tion pré­cède sou­vent la réa­li­té. La lit­té­ra­ture pré­voit l'ave­nir. Cette chro­nique le prouve.

Causeur - - Culture & Humeurs - Par Jé­rôme Le­roy

Fi­na­le­ment, ce­la de­vait ar­ri­ver. L’in­ter­dit chré­tien sur les com­bats de gla­dia­teurs ne pou­vait pas te­nir dans un monde où le di­ver­tis­se­ment est roi. On a ain­si ap­pris qu’une émis­sion russe de té­lé­réa­li­té s’ap­prê­tait en juillet 2017 à lâ­cher 15 hommes et 15 femmes pour neuf mois en pleine taï­ga, avec pour seul ob­jec­tif de sur­vivre. Ce qui a pu in­quié­ter à rai­son cer­tains, c’est que le créa­teur de l’émis­sion, le mil­liar­daire Yev­ge­ny Pyat­kovs­ky, dé­clare qu’il « re­fu­se­ra toute ré­cla­ma­tion des par­ti­ci­pants, même s’ils de­vaient être tués ou vio­lés ». Bref, de ma­nière hy­po­crite et im­pli­cite, il est in­di­qué que tout se­ra per­mis, et d’ailleurs les can­di­dats pres­sen­tis ont si­gné un en­ga­ge­ment en ce sens. Si la com­pa­rai­son qui vient tout de suite à l’es­prit est celle de la sa­ga ci­né­ma­to­gra­phique de Hun­ger Games, ins­pi­rée des ro­mans pour ados de Su­zanne Col­lins, on songe aus­si à la nou­velle d’un maître de la SF, Ro­bert She­ck­ley, in­ti­tu­lée Le Prix du dan­ger (1958), et qui a aus­si don­né un film de Bois­set : « Rae­der si­gna un pa­pier dé­ga­geant la JBC de toute res­pon­sa­bi­li­té au cas où il per­drait sa vie, ses membres ou sa rai­son au cours de l’émis­sion. Et il si­gna un autre for­mu­laire, se­lon le­quel il exer­çait ses droits re­con­nus par la loi sur le suicide li­bre­ment consen­ti. » Néan­moins, ce qui in­té­resse ici, c’est de sa­voir pour­quoi il y au­ra des spec­ta­teurs pour goû­ter à ce jeu. Le mys­tère reste en­tier. Il l’était dé­jà pour saint Au­gus­tin, dans Les Confes­sions, par­lant de la mé­ta­mor­phose d’un ami culti­vé, Aly­pius, pour­tant fu­tur évêque : « Il se lais­sa en­traî­ner de fa­çon sur­pre­nante par un in­croyable dé­sir d’as­sis­ter aux spec­tacles de gla­dia­teurs. À la vue de ce sang, il en but en même temps la fé­ro­ci­té. Il trou­vait du plai­sir à ces com­bats cri­mi­nels et s’en­ivrait de vo­lup­tés san­glantes. » Et Au­gus­tin de conclure, avec une per­plexi­té ef­frayée qui est tou­jours la nôtre : « Dé­jà il n’était plus le même qu’à son ar­ri­vée, mais un par­mi la po­pu­lace vers la­quelle il était venu, et le vrai com­plice de ceux par qui il avait été en­traî­né. Que dire de plus ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.