Quand Fa­ce­book joue Tar­tuffe

Causeur - - Brèves - Par Marc Co­hen

L'écrivain Jo­ce­lyn Fio­ri­na a écrit une pièce de théâtre in­ti­tu­lée Coups de feu rue Saint-roch qui met en scène la ren­contre (bien réelle) en 1832 entre Alexandre Du­mas et Ed­gar Poe, sur fond de conspi­ra­tion et d'émeutes ré­pu­bli­caines contre le ré­gime de Louis-phi­lippe.

Fort lo­gi­que­ment, il a choi­si de faire fi­gu­rer sur l'af­fiche de sa pièce un frag­ment du cé­lé­bris­sime ta­bleau La Li­ber­té gui­dant le peuple, peint par De­la­croix en 1830. Et pour don­ner de l'écho à l'avant-pre­mière du 14 juin, l'au­teur avait pré­vu d'ache­ter des pla­cards de pub sur les ré­seaux so­ciaux, le sup­port idéal pour les pe­tits bud­gets.

A prio­ri, une bonne idée, mais non. Fa­ce­book a re­fu­sé la pub… à cause du sein nu de la Ma­rianne de De­la­croix ! Notre ami Jo­ce­lyn a d'abord cru qu'il s'agis­sait là de la dé­ci­sion ar­bi­traire d'un ro­bot ou d'un al­go­rithme mal pa­ra­mé­tré qui au­rait confon­du le sym­bole de la Ré­pu­blique avec une pho­to por­no. Mais non, ce sont bien des hu­mains de la ré­gie pub du ré­seau qui ont pris cette dé­ci­sion ubuesque. Une po­si­tion in­tan­gible qu'ils ont ar­gu­men­tée dans plu­sieurs mails ex­pli­quant que Fa­ce­book ne peut se per­mettre de frois­ser la sen­si­bi­li­té de cer­tains de ses uti­li­sa­teurs.

Donc, pas de sou­tif, pas de pub. Vi­ve­ment la ré­vo­lu­tion !

Coups de feu rue Saint-roch de Jo­ce­lyn Fio­ri­na – Avant­pre­mière ou­verte au pu­blic le mer­cre­di 14 juin à 21 heures, au théâtre Le Fu­nam­bule-mont­martre, Pa­ris XVIIIE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.