Au ré­gal des sou­ris !

Causeur - - Sommaire N° 48 – Été 2017 - Par Fran­çois-xa­vier Aja­von

En ce dé­but d'été, un Ca­li­for­nien vient d'éta­blir un re­cord épous­tou­flant : il a vi­si­té Dis­ney­land deux mille jours d'af­fi­lée, grâce à un abon­ne­ment illi­mi­té ! L'homme a donc pas­sé en­vi­ron cinq ans et de­mi de sa vie dans le parc, de ma­nière conti­nue, à ad­mi­rer les « pa­rades » et faire du ma­nège, bien da­van­tage que la plu­part des em­ployés du lieu. C'est une ex­pé­rience li­mite, aux fron­tières de ce qu'un psy­chisme et un or­ga­nisme hu­main peuvent en­du­rer... Jeff Reitz, c'est son nom, est lit­té­ra­le­ment en train de se trans­for­mer, qua­si bio­lo­gi­que­ment, en Mi­ckey Mouse. Les oreilles de sou­ris poussent. La queue pointe. Il ne se nour­rit plus que de fro­mage. Ce­la nous mène aux confins de La Mé­ta­mor­phose de Kaf­ka et du Rhi­no­cé­ros d'io­nes­co. Et l'homme n'en res­sort pas gran­di.

De ce cô­té-ci de l'at­lan­tique, nous croyions naï­ve­ment qu'il res­tait en­core un pe­tit ré­pit à l'homme de ja­dis, grâce à la cul­ture. L'an­cien monde se croyait en­core pré­ser­vé des at­taques de la so­cié­té de consom­ma­tion. On vi­vait dans l'es­poir que la mé­ta­mor­phose en sou­ris ne se­rait pas pour de­main… Et pa­ta­tras, nous ap­pre­nons que la pu­bli­ci­té va dé­bar­quer dans les théâtres hexa­go­naux, et ce dès la ren­trée de sep­tembre ! La ré­gie pu­bli­ci­taire ODW a si­gné un ac­cord avec 17 salles pri­vées, dont cer­taines ré­pu­tées comme le théâtre du Gym­nase ou le Pa­lais des glaces, pour pro­je­ter des pages de pu­bli­ci­té avant les pièces. Et comme avec la pu­bli­ci­té il ne faut ja­mais dou­ter du pire, on at­tend avec im­pa­tience les spec­tacles spon­so­ri­sés (« Le Ma­lade ima­gi­naire, avec les la­bo­ra­toires X »), le pla­ce­ment de pro­duits (la Ti­ta­nia du Songe d’une nuit d’été de Sha­kes­peare ar­bo­rant sur scène un chapeau en forme de ba­ril de les­sive), les dé­cors ta­pis­sés de lo­gos… Il ne se­ra donc bien­tôt plus pos­sible d'échap­per par la cul­ture à ce long conti­nuum pu­bli­ci­taire qu'est de­ve­nu de­puis long­temps le monde réel... La mé­ta­mor­phose est en marche. En­core plus loin, cet été se­ra cer­tai­ne­ment mar­qué par la pro­gres­sion ful­gu­rante de la pra­tique spor­tive du Book­figh­ting, que son concep­teur dé­fi­nit comme une « post-lit­té­ra­ture ». Il s'agit d'un art mar­tial en vogue qui, nous ap­prend une bro­chure, se joue de la sorte : « Croi­ser sport de com­bat et lit­té­ra­ture, c’est tout le dé­fi re­le­vé par le Book­figh­ting : un vé­ri­table art mar­tial “in­tel­lec­tuel” où le jeu consiste à je­ter des livres de poche pour tou­cher son adversaire. » In­tel­lec­tuel, on sou­ligne. La cau­tion cultu­relle est là, d'ailleurs : c'est « ins­pi­ré » d'un man­ga ! Le bré­viaire de ce sport co­di­fié, en vente libre, se pré­sente comme un « ma­ni­feste so­cial et po­li­tique »… L'homme vit dans le parc d'at­trac­tions, la pu­bli­ci­té est en­trée dans le théâtre, les livres sont à terre… Les pe­tites sou­ris n'ont plus qu'à en faire leur fes­tin. Vi­ve­ment la ren­trée ! •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.