Causeur

C'ÉTAIT ÉCRIT OEUFS ET NOUS

Si la réalité dépasse parfois la fiction, c'est que la fiction précède souvent la réalité. La littératur­e prévoit l'avenir. Cette chronique le prouve.

- Par Jérôme Leroy

Et maintenant les oeufs… Après un certain nombre de scandales alimentair­es, les oeufs contaminés au Fipronil ont occupé une bonne partie de l'actualité estivale. Ainsi le pauvre consommate­ur de Jacques Prévert, déjà triste, se trouvait-il en plus en danger de mort ? Il est terrible - le petit bruit de l’oeuf dur cassé sur un comptoir d’étain - il est terrible ce bruit - quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim… Pourtant, sans vouloir minimiser la chose, l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentati­on, de l'environnem­ent et du travail (Anses) avait signalé dès la mi-août : « Compte tenu des concentrat­ions de Fipronil observées (…), le risque de survenue d’effets sanitaires apparaît très faible. » L'oeuf, et son éventuelle corruption, serait-il alors investi d'une charge symbolique particuliè­re ? C'est ce que pensait René Daumal en écrivant : « Le poème qui n’est pas écouté devient un oeuf pourri. » On comprendra ainsi peut-être mieux l'émoi médiatique, et sa part d'inconscien­t, autour de l'oeuf, métaphore de la création et du cosmos comme dans ce sonnet de Ronsard, lui-même inspiré d'ovide, qui avait le premier chanté cette analogie : Je vous donne des oeufs. L’oeuf en sa forme ronde Semble au Ciel, qui peut tout en ses bras enfermer, Le feu, l’air et la terre, et l’humeur de la mer… Ne plus avoir confiance dans les oeufs, c'est d'une certaine manière ne plus avoir confiance dans l'univers. Une femme de Nantes l'a appris à ses dépens, tuée par son compagnon le 20 août à cause d'une dispute sur « la cuisson d’oeufs au plat ». On aurait dû signaler au couple, pour éviter ce pénible dénouement, le Grand Dictionnai­re de cuisine d'alexandre Dumas, qui nous indique la meilleure recette pour se faire cuire un oeuf tout en nous donnant un moyen infaillibl­e pour savoir s'il n'est pas contaminé par le Fipronil. « Au reste, il y a une façon très-simple de savoir si l’oeuf est encore bon : posez-le dans une tasse pleine d’eau, s’il se soulève d’un des côtés et tend à se tenir debout, c’est que l’oeuf est au tiers vide et par conséquent n’est pas mangeable ; s’il pose d’aplomb sur son milieu, c’est qu’il est frais. Quand l’oeuf est frais, nous dirons que la meilleure manière de le manger est à la coque. »

Newspapers in French

Newspapers from France