Les ma­mans mo­dèles

Causeur - - Sommaire - Par Jo­na­than Sik­sou

Une vaste étude scien­ti­fique amé­ri­caine pour­rait nous per­mettre d’af­fir­mer que les mères juives sont des mères comme les autres (ou presque). De ré­cents tra­vaux confirment en ef­fet que l’ins­tinct ma­ter­nel est propre aux femmes, n’en dé­plaise à cer­tains, et plus pré­ci­sé­ment que toutes les femmes ac­tivent la même ré­gion de leur cer­veau lorsque leur bé­bé pleure. Cette zone fron­tale étant celle du lan­gage, de la pa­role et de l’in­ter­pré­ta­tion des sons, toutes les mères (ou presque) adoptent ain­si un com­por­te­ment iden­tique : elles prennent leur en­fant dans les bras et lui parlent pour le ras­su­rer. Pour en ar­ri­ver là, 684 femmes se sont prê­tées à la dis­sec­tion par IRM, du conti­nent amé­ri­cain aux pays d’eu­rope en pas­sant par l’afrique et l’asie. « Ces ré­sul­tats laissent à pen­ser que les ré­ponses des mères aux pleurs de leur bé­bé sont bien pro­gram­mées dans le cer­veau et com­munes à l’en­semble des cultures », concluent les cher­cheurs des Ins­ti­tuts na­tio­naux de la san­té amé­ri­cains. Nous voi­là bien loin de la théo­rie du genre et de l’écri­ture in­clu­sive, d’au­tant que d’autres études ont dé­jà dé­mon­tré que le cer­veau mas­cu­lin ne ré­agis­sait pas de la même fa­çon à ces alarmes de nour­ris­son. Jus­ti­fiant, en quelque sorte, le fait que tous les pères (ou presque) per­çoivent moins bien les cris de bé­bé pen­dant leur som­meil et laissent à ma­man le plai­sir du bi­be­ron noc­turne. Dé­ci­dé­ment, la na­ture est vrai­ment bien faite. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.