Daech : la Tur­quie passe aux aveux

Causeur - - Brèves - Par Daoud Bou­ghe­za­la

En lice pour un deuxième man­dat pré­si­den­tiel fin juin, Re­cep Tayyip Er­do­gan a du fil à re­tordre avec les mé­dias fran­çais. Il faut dire que ces der­niers s’acharnent à ou­vrir les dos­siers qui fâchent, à com­men­cer par les ac­cu­sa­tions de li­vrai­sons d’armes des ser­vices de ren­sei­gne­ment turcs (MIT) à l’état is­la­mique en Sy­rie.

L’hi­ver der­nier, du­rant la confé­rence de presse cou­ron­nant sa vi­site à Pa­ris, Er­do­gan s’est fait apos­tro­pher par un re­por­ter d’« En­voyé spé­cial » : « Sept ans après le dé­but du conflit en Sy­rie, re­gret­tez-vous d'avoir four­ni au­tant d'armes aux groupes com­bat­tants is­la­mistes et d'avoir lais­sé pas­ser au­tant de dji­ha­distes en route vers la Sy­rie ?» Conte­nant sa fu­reur, le maître d’an­ka­ra serre les dents : « Tu parles exac­te­ment comme un gu­lé­niste, avec les mêmes ar­gu­ments, pas comme un jour­na­liste ! Ceux qui ont fait cette opé­ra­tion, ce sont les pro­cu­reurs liés à Gü­len. Au­jourd'hui, ils sont en pri­son. » On ad­mi­re­ra la ma­noeuvre di­la­toire. Étape 1 : dis­cré­di­ter son ad­ver­saire en l’as­si­mi­lant aux membres de la confré­rie Gü­len, ex-al­liés d’er­do­gan de­ve­nus ses bêtes noires. Étape 2 : avouer à de­mi-mot en re­je­tant toute res­pon­sa­bi­li­té sur les­dits gu­lé­nistes.

Re­be­lote ce prin­temps, avec la dif­fu­sion du do­cu­men­taire d’« En­voyé spé­cial ». Le même jour­na­liste (qu’on ima­gine per­so­na non gra­ta au Club Med de Bo­drum !) in­ter­roge l’am­bas­sa­deur de Tur­quie à Pa­ris, pho­tos com­pro­met­tantes à l’ap­pui. An­cien chef du MIT, Is­maïl Hak­ki Mu­sa op­pose d’abord un dé­men­ti ca­té­go­rique aux ac­cu­sa­tions de li­vrai­sons d’armes à Daech, avant de fi­nir par lâ­cher : « Dans cette af­faire, il y a eu plu­sieurs ser­vices de ren­sei­gne­ment. Et comme par ha­sard tout le monde parle du MIT. Qui vous dit qu'un autre ser­vice de ren­sei­gne­ment n'était pas im­pli­qué ? Je ne vous le di­rai pas parce que ce­la peut créer des pro­blèmes sé­rieux au ni­veau di­plo­ma­tique. » Une crainte que ne par­tage pas Er­do­gan, mis à l’hon­neur fin mai en une du Point sous le titre « Le dic­ta­teur ». Cette cou­ra­geuse cou­ver­ture (la presse ne vend hé­las pas un clou avec la po­li­tique étran­gère !) n’ayant pas eu l’heur de plaire au des­pote turc, plu­sieurs kios­quiers ont re­çu des me­naces. Et ça marche : sous la pres­sion des ré­seaux pro-er­do­gan, des points de vente de la Drôme et du Vau­cluse ont re­ti­ré le nu­mé­ro de leur pré­sen­toir. En­core un coup tor­du des gu­lé­nistes ! •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.