C'ÉTAIT ÉCRIT LES DEUX CORPS DE MA­CRON

Si la réa­li­té dé­passe par­fois la fic­tion, c'est que la fic­tion pré­cède sou­vent la réa­li­té. La lit­té­ra­ture pré­voit l'ave­nir. Cette chro­nique le prouve.

Causeur - - Culture & Humeurs - Par Jé­rôme Le­roy

« La Cour d'hon­neur de l'élysée est connue pour ses ta­pis rouges. Le 21 juin, elle se trans­forme en piste de danse pour la Fête de la mu­sique ! Au pro­gramme : Bu­sy P, Cé­zaire, Ch­loé, Ka­vins­ky et Kid­dy Smile. Les places sont li­mi­tées : ins­cri­vez-vous vite ! » cla­mait le compte Twit­ter de la pré­si­dence pour la Fête de la mu­sique 2018. Trans­for­mer les lieux de pou­voir en lieux de fête, pour s’at­ti­rer les bonnes grâces du peuple et sur­tout de la jeu­nesse, voi­là qui ne date pas d’hier. Les em­pe­reurs ro­mains s’en firent une spé­cia­li­té, no­tam­ment les psy­cho­pathes de la dy­nas­tie ju­lio-clau­dienne vus par Sué­tone, tel Ca­li­gu­la : « Pour aug­men­ter à ja­mais la du­rée des ré­jouis­sances pu­bliques aux fêtes des Sa­tur­nales, il y ajou­ta un jour, et le nom­ma “la fête de la jeu­nesse”. » Saint-si­mon, fine mouche, dans ses Mé­moires, avait com­pris pour sa part cette uti­li­sa- tion très po­li­tique du lieu de pou­voir : « Ce fut là où il com­men­ça à at­ti­rer le monde par les fêtes et les ga­lan­te­ries, et à faire sen­tir qu'il vou­lait être vu sou­vent », écrit le duc à pro­pos de Louis XIV, quand le mo­narque dé­ci­da de se fixer à Ver­sailles. Il ajoute : « Les fêtes fré­quentes […] furent des moyens que le roi sai­sit pour dis­tin­guer et pour mor­ti­fier en nom­mant les per­sonnes qui à chaque fois en de­vaient être, et pour te­nir cha­cun as­si­du et at­ten­tif à lui plaire. » C’est à l’élysée, et non à Ver­sailles, qu’a été pris l’éton­nant cli­ché mon­trant le couple pré­si­den­tiel en­tou­ré de dan­seurs queer, vê­tus de hauts ré­sille, dans une pro­mis­cui­té am­bi­guë et co­mique à la fois, qui ne gran­dis­sait pas fran­che­ment la fonc­tion pré­si­den­tielle. Mais oser le dire était une preuve d’in­fa­mie rédhi­bi­toire pour Cas­ta­ner qui, avec sa sub­ti­li­té ha­bi­tuelle, a uti­li­sé la dis­qua­li­fi­ca­tion ca­ri­ca­tu­rale pour les mo­queurs : « Dif­fu­sons cette photo puis­qu'elle gêne tant une par­tie de la classe po­li­tique qui ba­na­lise des pro­pos ra­cistes et ho­mo­phobes. » Sauf que la ques­tion n’est pas là. La ques­tion est de savoir si oui ou non Ma­cron le Ju­pi­té­rien a ou­blié pour la cir­cons­tance la théo­rie de Kan­to­ro­wicz sur Les Deux Corps du roi : « Dans ce corps mor­tel du roi vient se lo­ger le corps im­mor­tel du royaume que le roi trans­met à son suc­ces­seur », c’est-à-dire un corps qui ne s’ap­par­tient plus quand il est ce­lui du chef de l’état.

Quelques jours plus tôt, pour­tant, un col­lé­gien avait ap­pris à ses dé­pens que le corps sa­cré de Ma­cron ne sup­por­tait pas qu’on le tu­toie après l’avoir ac­cueilli avec l'in­ter­na­tio­nale. Ap­pa­rem­ment, la mu­sique élec­tro le gêne moins que les chants ré­vo­lu­tion­naires. Le pou­voir, c’est aus­si l’art de choi­sir des re­belles qui vous conviennen­t. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.