Un aya­tol­lah

Causeur - - Pas D'amalgame - Par Her­vé Al­ga­lar­ron­do

La France se­rait-elle en dan­ger parce que la plu­part des Fran­çais d’ori­gine afri­caine donnent à leurs en­fants des pré­noms afri­cains, comme de nom­breux pa­rents basques ou bre­tons, soit dit en pas­sant, choi­sissent dé­sor­mais des pré­noms basques ou bre­tons ? On ne peut dé­nier à Éric Zem­mour sur ce cha­pitre le mé­rite de la conti­nui­té… et de la co­hé­rence. Dans Des­tin fran­çais, il dé­plo­rait aus­si que beau­coup de pa­rents juifs pré­fèrent au­jourd’hui des pré­noms bi­bliques. Il est fier de se pré­nom­mer Éric, plu­tôt que Sa­muel ou Na­than. Du temps où il était jour­na­liste, et un bon jour­na­liste, Zem­mour se se­rait in­ter­ro­gé sur les rai­sons de ce qui consti­tue ef­fec­ti­ve­ment un bas­cu­le­ment, en contra­ven­tion avec le prin­cipe d’as­si­mi­la­tion. Et il y au­rait vu le signe d’une com­mu­nau­ta­ri­sa­tion de la so­cié­té fran­çaise. En bon ré­pu­bli­cain, il l’au­rait dé­plo­rée, mais se se­rait de­man­dé si le phé­no­mène était pu­re­ment hexa­go­nal ou au contraire mon­dial. Là en­core, le diag­nos­tic est évident. « On est à l’ère des iden­ti­tés mul­tiples », comme l’ex­plique Da­niel Cohn-ben­dit : il n’existe plus de pays où les im­mi­grés soient som­més de re­non­cer à leur cul­ture d’ori­gine. Par­tout, le mo­dèle an­glo-saxon l’em­porte sur le mo­dèle fran­çais. À nou­veau, le ré­pu­bli­cain Zem­mour au­rait ver­sé une larme, mais au­rait sans doute fi­ni par re­la­ti­vi­ser la por­tée de cette dé­faite cultu­relle : la France a sur­vé­cu à de vé­ri­tables dé­routes ! Le pro­blème est qu’éric Zem­mour a ver­sé dans la case aya­tol­lah : l’in­to­lé­rance est dé­sor­mais son pain quo­ti­dien. Aus­si bien sur le fond que sur le ton : sa vio­lence face à Hap­sa­tou Sy et à Na­ta­cha Po­lo­ny, à la té­lé­vi­sion, ré­vèle, outre un mi­so­gyne pa­ten­té, un homme au bord de la crise de nerfs. Tout contra­dic­teur l’in­sup­porte ! Lui seul dé­tient la vé­ri­té. Tous les autres sont des aveugles. Pire, des cri­mi­nels : ils laissent les mu­sul­mans prendre le contrôle du ter­ri­toire fran­çais sans ré­agir ! Alors, ex-confrère, juste un con­seil : si tu crois vrai­ment que la France va « vers une guerre ci­vile », au moins évite au­jourd’hui un com­por­te­ment de guerre ci­vile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.