Ef­fet d'au­baine en Al­ba­nie

Causeur - - Pas D'amalgame -

La ré­ac­ti­vi­té fran­çaise face à la crise des mi­grants a été si re­mar­quable qu’elle a gé­né­ré une de­mande sup­plé­men­taire in­at­ten­due, en Al­ba­nie. Les res­sor­tis­sants de ce pe­tit pays (2,9 mil­lions d’ha­bi­tants) re­pré­sen­taient en 2017 le plus fort contin­gent de de­man­deurs d’asile, et la plus forte pro­por­tion de per­sonnes hé­ber­gées dans les CADA, de­vant les Af­ghans et les Sy­riens ! Ils n’ap­pa­rais­saient même pas dans les sta­tis­tiques des ré­fu­giés il y a quatre ans seule­ment. L’asile, au sens ju­ri­dique, se­ra re­fu­sé à 99,99 % d’entre eux. L’al­ba­nie est clas­sée « pays d’ori­gine sûr » par l’of­fice fran­çais pour la pro­tec­tion des ré­fu­giés et des apa­trides (Of­pra). Les ré­seaux de pas­seurs ont su vendre à leurs com­pa­triotes, qui émigrent pour des rai­sons éco­no­miques, l’ef­fi­ca­ci­té de la prise en charge en France, de­ve­nue la pre­mière des­ti­na­tion eu­ro­péenne des mi­grants al­ba­nais. Les ré­seaux ont fi­ni par être vic­times de leur suc­cès. De­puis sep­tembre 2017, Pa­ris col­la­bore avec les au­to­ri­tés al­ba­naises contre l’im­mi­gra­tion illé­gale. Un ac­cord a été of­fi­cia­li­sé le 15 dé­cembre 2017. Plu­sieurs po­li­ciers al­ba­nais sont ve­nus tra­vailler à l’in­té­rieur, comme agents de liai­son. Les ré­sul­tats ne se sont pas fait at­tendre. Entre jan­vier 2017 et jan­vier 2018, le nombre de dos­siers dé­po­sés par des de­man­deurs d’asile al­ba­nais a bais­sé d’un tiers (34 %). •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.