Dah­lan re­naît de ses cendres

Causeur - - Sommaire - Par Gil Mi­hae­ly

Sur­nom­mé le « Phé­nix » en rai­son de son par­cours tu­mul­tueux, Mo­ham­med Dah­lan ré­sume qua­rante ans d’his­toire pa­les­ti­nienne. Ou­blié de­puis quelques an­nées, cet ex-homme fort de L’OLP à Ga­za, 57 ans, re­fait au­jourd’hui par­ler de lui à cause de son im­pli­ca­tion dans un autre conflit moyen-orien­tal. Il y a quelques se­maines, le site Buzz­feed a en ef­fet ré­vé­lé que Dah­lan, au­jourd’hui ré­sident aux Émi­rats arabes unis, su­per­vi­sait l’en­voi de mer­ce­naires amé­ri­cains au Yé­men pour li­qui­der des chefs dji­ha­distes. Cette opé­ra­tion en­ca­drée et fi­nan­cée par les Émi­rats a conduit Dah­lan à sol­li­ci­ter le sous-trai­tant… israélo-amé­ri­cain Avra­ham Go­lan (sic) pour em­bau­cher d’an­ciens membres des com­man­dos amé­ri­cains. Com­ment l’en­fant de ré­fu­giés de la bande de Ga­za s’es­til his­sé jusque-là ? Le jeune Dah­lan s’est illus­tré à la tête de la Sha­bi­ba, l’or­ga­ni­sa­tion de jeu­nesse du Fa­tah à Ga­za. En dé­cembre 1987, l’érup­tion de la pre­mière In­ti­fa­da per­met à ce mi­li­tant ru­sé et am­bi­tieux de brû­ler les étapes. Dé­pas­sé par sa base, Yas­ser Ara­fat a un be­soin vi­tal de contrô­ler le mou­ve­ment. Il sol­li­cite alors Dah­lan et ses amis pour re­prendre pied à Ga­za, où les is­la­mistes du Ha­mas com­mencent alors à sup­plan­ter le Fa­tah. Ar­rê­té par Is­raël, ex­pul­sé vers la Jor­da­nie, il re­joint le raïs en exil à Tu­nis puis rentre à Ga­za après les ac­cords d’os­lo. Nom­mé chef de la sé­cu­ri­té pré­ven­tive à Ga­za afin de sur­veiller le Ha­mas comme le lait sur le feu, Dah­lan de­vient la co­que­luche des Is­raé­liens et des Amé­ri­cains. De quoi pi­quer la mé­fiance d’un men­tor aus­si pa­ra­noïaque qu’ara­fat, au­quel son ex-féal re­proche la conduite ca­la­mi­teuse de la deuxième In­ti­fa­da (2000). Mi­nistre de l’in­té­rieur de Mah­moud Ab­bas, Mo­ham­med Dah­lan connaît un échec cui­sant lorsque le Ha­mas s’em­pare de Ga­za en 2007. Quatre ans plus tard, il quitte l’au­to­ri­té pa­les­ti­nienne, sous le coup d’ac­cu­sa­tions de cor­rup­tion, puis gagne Abu Dha­bi où ses ta­lents et son car­net d’adresses trouvent preneurs. Rê­vant de di­ri­ger le mou­ve­ment na­tio­nal pa­les­ti­nien, Dah­lan se targue d’être boy­cot­té par les Amé­ri­cains de­puis son échec à Ga­za. Au bord du golfe Per­sique, il se tient tou­jours en ré­serve de la Pa­les­tine. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.