Sym­pho­nie pour so­listes

À cause des filles… ? de Pas­cal Tho­mas Sor­tie le 30 jan­vier 2019

Causeur - - Tant Qu'il Y Aura Des Films Par Jean Chauvet -

Dans le pay­sage ci­né­ma­to­gra­phique fran­çais, Pas­cal Tho­mas oc­cupe de­puis tou­jours une place à part. Di­sons qu’il est le plus ita­lien de tous ! Et de­puis ses dé­buts. Ita­lien ten­dance Ri­si, Co­men­ci­ni, Sco­la et les autres, les meilleurs par consé­quent. Il pra­tique donc l’art du su­cré-sa­lé, de la farce et de la mé­lan­co­lie avec un brio évident. Il nous re­vient cette fois avec un ré­cit à plu­sieurs voix, por­té comme tou­jours chez lui par une dis­tri­bu­tion mer­veilleuse : Fran­çois Mo­rel, Alexan­dra Ste­wart, Ber­nard Me­nez et, au som­met de sa forme, Jo­sé Gar­cia, dont on se de­mande pour­quoi il se com­met par ailleurs dans des co­mé­dies ineptes et in­dignes de son ta­lent. Pas­cal Tho­mas ex­celle dans ses tranches de vie par­fois drôles, par­fois trou­blantes. Ses his­toires d’amour dis­so­nantes ou non ont la sa­veur du men­tir-vrai. Il s’amuse et nous amuse, avec cette lé­gè­re­té tendre, cette gra­vi­té faus­se­ment in­sou­ciante. On danse sur le vol­can de nos émo­tions et de nos sen­ti­ments par­ta­gés ou pas. Et chez lui, tout fi­nit évi­dem­ment par une chan­son sui­vie d’une ci­ta­tion de Bau­de­laire : « Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais, / Ô toi que j’eusse ai­mé, ô toi qui le sa­vais ! »

Pierre Ri­chard dans À cause des filles...?, de Pas­cal Tho­mas.

À cause des filles... ?, de Pas­cal Tho­mas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.