Les car­nets de Ro­land Jaccard

Causeur - - Sommaire -

1. L'AN­NÉE 1918

Les voeux de Proust à son ami Lio­nel Hau­ser : « Mon cher Lio­nel, je t’en­voie mes voeux les plus cha­leu­reux pour l’an­née 1918. Pour ma part, j’ai re­non­cé à croire que les an­nées soient nou­velles et puissent ap­por­ter un bon­heur qui est dé­sor­mais der­rière moi, dans le pas­sé. Mais ce­la ne me fait pas dé­si­rer moins vi­ve­ment que soient heu­reux ceux que j’aime. Et puis ces dates-là sont des oc­ca­sions de re­dire la gra­ti­tude qu’on a. La mienne, mon cher Lio­nel, n’est pas éprou­vée que le 31 dé­cembre. Mais ne pou­vant te l’écrire à tout pro­pos, je choi­sis la fin de l’an­née pour me re­dire. Ton bien af­fec­tueu­se­ment re­con­nais­sant et dé­voué Mar­cel Proust. »

2. LA GES­TION DE FOR­TUNE

Je me suis de­man­dé – et vous aus­si sans doute – qui était ce Lio­nel Hau­ser au­quel Mar­cel Proust en­voyait des voeux de Nou­vel An si dé­li­cats. La ré­ponse fi­gure dans un ou­vrage très sur­pre­nant écrit par un uni­ver­si­taire amé­ri­cain, Gian Bal­sa­mo, in­ti­tu­lé Proust and his Ban­ker, re­cen­sé par Slate. Lio­nel Hau­ser était tout sim­ple­ment le ges­tion­naire de for­tune de Proust du­rant les quinze der­nières an­nées de sa vie.

L’ar­gent n’in­té­res­sait pas vrai­ment Proust, car il es­ti­mait en avoir as­sez pour ce qu’il vou­lait faire, se­lon le té­moi­gnage de Cé­leste Al­ba­ret. Mais il était pas­sion­né par la lec­ture des pages fi­nan­cières des jour­naux, bien su­pé­rieures aux pages lit­té­raires, et mé­ti­cu­leux à l’ex­trême dans la ges­tion de sa for­tune : il avait hé­ri­té l’équi­valent de six mil­lions d’eu­ros. Mais Proust était aus­si un pa­nier per­cé, ne dî­nant ja­mais chez lui, se rui­nant en médicament­s et ache­tant des ac­tions aux noms poé­tiques comme « Les Tramways de Mexi­co »,

ce qui avait le don d’éner­ver Lio­nel Hau­ser qui lui conseillai­t d’in­ves­tir en obli­ga­tions et de ne pas se conduire comme l’en­fant gâ­té qu’il avait tou­jours été. Ce qui ne dis­sua­da pas Mar­cel, après les tramways de Mexi­co, d’in­ves­tir dans les pé­troles mexi­cains, s’at­ti­rant cette ré­plique de Lio­nel Hau­ser : « Mon cher Mar­cel, te re­pré­sentes-tu la tête que fe­rait un mé­de­cin qui ayant, pen­dant des se­maines et des mois, lut­té comme un for­ce­né pour ar­ra­cher à la mort un ma­lade at­teint de fièvre ty­phoïde, sur­pren­drait ce­lui-ci le jour où il entre en conva­les­cence en train de dé­gus­ter un plat de chou­croute ? »

3. BERGOTTE ET LES FILLETTES

Dans La Pri­son­nière, Proust dé­crit le grand écri­vain Bergotte – pur pro­duit de son ima­gi­na­tion, même s’il a des traits com­muns avec Ana­tole France – qui mour­ra bien­tôt après avoir vu le pe­tit pan de mur jaune de Ver­meer et avoue­ra : « Je dé­pense plus que des mul­ti­mil­lion­naires pour des fillettes, mais les plai­sirs ou les dé­cep­tions qu’elles me donnent me font écrire un livre qui me rap­porte de l’ar­gent. »

C’est une chose cu­rieuse, note Proust, que cette cir­cu­la­tion de l’ar­gent que nous don­nons à des femmes qui, à cause de ce­la, nous rendent mal­heu­reux, c’est-à-dire nous per­mettent d’écrire des livres. Le temps et l’ar­gent per­dus ne le sont en réa­li­té ja­mais pour de vé­ri­tables ar­tistes et tou­jours pour ceux qui ont ra­té leur vo­ca­tion.

4. À PRO­POS DES FEMMES

Et, pour fi­nir, n’ou­blions pas ce conseil de Proust : « Lais­sons les jo­lies femmes aux hommes sans ima­gi­na­tion ! » De toute ma­nière, une femme est d’une plus grande uti­li­té pour notre vie si elle y est, au lieu d’un élé­ment de bon­heur, un ins­tru­ment de cha­grin. Al­lez sa­voir pour­quoi !

5. QUI ÉTAIT VINTEUIL ?

Les prous­tiens aguer­ris ne de­vraient pas pas­ser à cô­té du dé­li­cieux ou­vrage du mu­si­co­logue Jé­rôme Bas­tia­nel­li qui pré­side la So­cié­té des amis de Mar­cel Proust : La Vraie Vie de Vinteuil (Gras­set). Vinteuil est certes le mu­si­cien le plus cé­lèbre de la lit­té­ra­ture fran­çaise, mais aus­si le plus énig­ma­tique. Il le de­vient en­core plus à la lec­ture de ce ro­man bor­ge­sien. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.