Ecce ho­mo fes­ti­vus

Causeur - - Sommaire N° 68 – Mai 2019 - Éli­sa­beth Lé­vy

Notre-dame at­tes­tait de notre ins­crip­tion dans l'his­toire longue d'une France ca­tho­lique. A prio­ri ré­jouis­santes, les re­trou­vailles de la na­tion au che­vet de la ca­thé­drale in­cen­diée re­posent sur un vaste mal­en­ten­du. Car Em­ma­nuel Macron et Anne Hi­dal­go en­tendent la re­cons­truire pour les Jeux olym­piques 2024, ag­gra­vant ain­si le sac­cage des beau­tés du monde par le tou­risme de masse.

Il n’y avait pas de bou­gies – ce n’étaient pas des vies hu­maines que l’on pleu­rait, ce fu­neste soir d’avril. Et puis pour un in­cen­die, ce­la au­rait été étrange. Pas non plus de pan­cartes : « Je suis Notre-dame » au­rait don­né l’im­pres­sion qu’on se pous­sait du col et « Je suis Es­me­ral­da » au­rait pa­ru ir­ré­vé­ren­cieux. Alors que les flammes qui lé­chaient les tours de la ca­thé­drale rou­geoyaient le jour fi­nis­sant sur Paris, la foule si­len­cieuse qui s’était mas­sée sur les ponts de l’île Saint-louis pour as­sis­ter au dé­sastre en­semble n’en évo­quait pas moins celle qui, au soir du 7 jan­vier 2015, marchait dans les rues pour ho­no­rer les membres de Char­lie Heb­do et un po­li­cier. Et c’est peut-être le pro­blème quand on sait ce qu’est de­ve­nue notre dé­ter­mi­na­tion d’alors et de la li­ber­té que nous avions ju­ré de ché­rir.

En de­hors de l’émo­tion planétaire qu’ils ont sus­ci­tée, l’at­ten­tat de Char­lie Heb­do et l’in­cen­die de No­tredame n’ont ap­pa­rem­ment pas grand-chose en com­mun, ne se­rait-ce que parce que, se­lon toute vrai­sem­blance et comme l’ont spon­ta­né­ment pen­sé la plu­part des ob­ser­va­teurs, le se­cond est un crime sans cou­pable. « Nous ne sommes pas vic­times de fa­na­tiques, mais de notre im­pé­ri­tie », me confia une amie copte, très chic pour le dî­ner au­quel elle avait re­non­cé dès la nou­velle connue, son beau re­gard sombre brillant en­core des larmes ver­sées. Les vies hu­maines ne se res­taurent pas. Du reste, très vite, cer­tains – jus­qu’au pape – se sont ré­criés, fus­ti­geant notre com­pas­sion pour des pierres quand nos coeurs et nos bourses res­te­raient fer­més aux mi­grants. Outre que l’ac­cu­sa­tion est men­son­gère, elle ou­blie que les hommes, comme les pierres, portent quelque chose de plus grand qu’eux. Les morts de Char­lie in­car­naient une cer­taine idée de la li­ber­té, Notre-dame at­tes­tait, en même temps que de notre ins­crip­tion dans l’his­toire longue, de la puissance, de la gran­deur voire de la folie d’une foi ca­tho­lique dont on a ou­blié qu’elle avait construit la France pour ne re­te­nir que ses mé­faits.

Alors oui, quelque chose, dans l’air et dans les regards, en cette nuit du 15 avril 2019, rap­pe­lait celle du 7 jan­vier 2015. La même fer­veur, tein­tée d’in­cré­du­li­té, le même sen­ti­ment de perte ir­ré­pa­rable, la même dé­cou­verte dou­lou­reuse que quelque chose nous est in­fi­ni­ment pré­cieux au mo­ment où il nous est en­le­vé. Le même sen­ti­ment de culpa­bi­li­té de n’avoir pas su pro­té­ger une part de nous-mêmes. La même en­vie de com­mu­nion qui voyait la France des cu­rés et celle des bouf­feurs de cu­rés sus­pendre leur que­relle. Comme sou­vent, Jeanluc Mé­len­chon fut à la hau­teur du mo­ment, qu’il cap­ta en quelques phrases : « Athées ou croyants, Notre-dame est notre ca­thé­drale com­mune, écri­vit-il. Le vais­seau, la nef qui nous porte tous sur le flot du temps. Et je crois que nous l’ai­mons de la même fa­çon. » Le pré­sident lui­même par­vint, le soir, sur le par­vis, à faire sobre, dé­cla­rant que l’in­cen­die nous rap­pe­lait « que notre his­toire ne s’arrête ja­mais et que nous au­rons tou­jours des épreuves à sur­mon­ter ». Il y eut aus­si, comme en 2015, les cy­niques, les ri­ca­neurs et les in­dif­fé­rents, sans ou­blier les hai­neux, prompts à trou­ver qu’on en fai­sait beau­coup pour des his­toires de vieilles pierres pour vieux Blancs…

Dans le feu de l’évé­nement, si on peut dire, on a ten­té de trou­ver des mots. On a cher­ché un sens. Ce qui ar­ri­vait était plus qu’une mé­ta­phore, une pa­ra­bole – un aver­tis­se­ment, pen­saient les plus mys­tiques. On avait as­sis­té à l’ef­fon­dre­ment de l’oc­ci­dent en di­rect et en tech­ni­co­lor – le spectacle ayant évi­dem­ment ré­cla­mé son tri­but sans tar­der, l’in­cen­die gron­dait en­core que l’image du bâ­ti­ment en flammes était dé­jà de­ve­nue ico­nique.

Le mal­heur rap­proche. En une nuit, on voit « la ca­thé­drale de Paris se chan­ger en Notre-dame de France, d’eu­rope, de la Terre », résume Jean-françois Co­lo­si­mo (pages 56-57). « Notre-dame, notre his­toire », pro­clame Le Monde, pour­tant « l’un des or­ganes →

les plus élo­quents de la mo­rale post-iden­ti­taire et post­na­tio­nale », rap­pelle Alain Fin­kiel­kraut (pages 54-55), tan­dis que Li­bé­ra­tion ose un « Notre drame ». Du­rant 48 heures, les chaînes d’in­fo sont « en spé­ciale », convo­quant tous les prêtres et les ar­chi­tectes fi­gu­rant dans leurs fi­chiers.

On com­prend que la sphère ca­tho­li­co-conservatr­ice soit sai­sie par une sorte d’exal­ta­tion. À l’ap­proche de Pâques, beau­coup veulent croire à une sorte de ré­sur­rec­tion fran­çaise. Le ma­tin du 17 avril au ma­tin, sur le pla­teau de Pas­cal Praud sur Cnews, Geoffroy Le­jeune, le pa­tron de Va­leurs ac­tuelles, parle de l’espérance que fai­sait naître en lui la fer­veur gé­né­rale. « Le coeur de la France s’est ar­rê­té un instant, comme par un aver­tis­se­ment es­cha­to­lo­gique, mais il bat en­core », s’en­flamme Philippe de Villiers. Les Fran­çais, une fois en­core, af­firment qu’ils veulent res­ter un peuple. « L’émo­tion poi­gnante des Fran­çais de­vant la flèche em­bra­sée de Notre-dame est la dé­mons­tra­tion du be­soin d’iden­ti­té, si na­tu­rel et spon­ta­né, même quand il se voit constam­ment ri­di­cu­li­sé et som­mé de s’anéan­tir », ren­ché­rit Chan­tal Del­sol dans Le Fi­ga­ro. En somme, ce mal an­nonce un bien : à l’image de la ca­thé­drale, la France tien­dra bon.

On de­vrait se mé­fier de l’abus des fu­turs, car les nôtres sont sou­vent sans len­de­main. Le coup de la France re­trou­vée et de la ci­vi­li­sa­tion qu’on dé­fen­dra à tout prix, on nous l’a trop fait, ou plu­tôt, on se l’est trop fait. On marche de moins en moins long­temps, d’ailleurs ça dure de moins en moins long­temps. Pen­dant un jour ou deux, c’est le pays en­tier qui « se met en spé­ciale », on jure que « nous ne re­pren­drons pas le cours de nos vies » et bien en­ten­du, on le re­prend au plus vite.

Que l’una­ni­misme ne dure pas, c’est plu­tôt heu­reux, sauf pour ceux qui croient à la fin de l’his­toire et de ses ré­vol­tantes di­vi­sions. L’en­nui, c’est que ces re­trou­vailles na­tio­nales au che­vet de Notre-dame re­posent sur un vaste mal­en­ten­du. Si on se plaît à y voir non sans em­phase, l’« âme de la France », on s’aper­çoit vite que, se­lon le lo­cu­teur, ce n’est ni la même âme ni la même France. Une amie chère et ca­tho­lique m’avoue que l’in­cen­die de la ca­thé­drale l’a beau­coup plus af­fec­tée que l’at­ten­tat du 7 jan­vier 2015 : ce choix que nul ne lui de­mande té­moigne peut-être de l’ir­ré­mé­diable dis­per­sion de notre conscience his­to­rique. De­vrais-je choisir entre la France de Notre-dame et celle de Char­lie ?

Sy­mé­tri­que­ment, chez les po­li­tiques qui ri­va­lisent dans le su­per­la­tif – « Part de notre des­tin fran­çais », « em­blème de notre his­toire », « grand tré­sor mon­dial », « coeur de la na­tion », « fleu­ron de notre ci­vi­li­sa­tion », « beau­té in­ouïe de Paris –, cha­cun ve­nant faire son tour de piste et

son sel­fie de­vant la ca­thé­drale, le si­gni­fiant France est peut-être sur­tout des­ti­né à ef­fa­cer le ré­fé­rent ca­tho­lique. Une se­maine après l’in­cen­die, seuls nos amis de Va­leurs ac­tuelles voient en­core en ce­lui-ci le signe an­non­cia­teur d’un « ré­veil chré­tien ». Après le mo­nu­men­tal « No­tredame n’est pas une ca­thé­drale » de Castaner, la presse pro­gres­siste s’avise que, si Notre-dame est à tout le monde, elle ne peut pas être vrai­ment ca­tho­lique, ce se­rait of­fen­sant pour les autres. « C’est une ca­thé­drale au sens large », au­rait même dé­cla­ré un pré­sen­ta­teur de BFM. Le 16 avril, le pré­sident en fait des caisses sur le sym­bole na­tio­nal, mais se garde de la moindre ré­fé­rence au chris­tia­nisme. La « ca­thé­drale » cède donc la place au « mo­nu­ment », moins ex­cluant sup­pose-t-on. Et plus en ré­so­nance avec les pré­oc­cu­pa­tions de ceux qui nous gou­vernent. Tant pis pour les règles pro­té­geant les bâ­ti­ments his­to­riques, les droits de l’homme en bermuda cher à Mu­ray ne sau­raient être li­mi­tés. Dans le dis­cours dé­jà ci­té, Em­ma­nuel Macron se livre à un conster­nant nu­mé­ro de ma­na­ger cher­chant à mo­ti­ver ses cadres – « Plus belle ! Plus vite ! Plus neuve ! » Ain­si ra­mène-t-il l’évé­nement Notre-dame à sa réelle, si­non à sa juste place : une oc­ca­sion de se mettre en scène, dans le rôle du bâ­tis­seur et du sau­veur de l’en­tre­prise France. Le chan­tier se­ra fi­ni dans cinq ans, fer­mez le ban – en­core n’a-t-il pas osé l’exi­ger pour la fin de son man­dat, peut-être parce qu’il est convain­cu qu’on le sup­plie­ra de res­ter. On n’ose ce­pen­dant croire à la rumeur se­lon la­quelle, dans son en­tou­rage, cer­tains se se­raient ré­jouis, lors du si­nistre, de cette di­vine sur­prise pro­met­teuse de bons son­dages. En attendant, ful­mine Alexandre Ga­dy (pages 64-66), il an­nonce « des dé­lais ab­surdes, des em­bel­lis­se­ments dou­teux, al­lant jus­qu’à ral­lu­mer un nou­vel in­cen­die avec l’idée ba­roque de lan­cer un concours internatio­nal pour la nou­velle flèche ».

C’est la désar­mante Anne Hi­dal­go qui mange le mor­ceau. « Il faut le faire dans les règles de l’art, mais en 2024 on doit être là tous en­semble pour ac­cueillir le monde et Notre-dame doit être là. » Être prêt pour les JO, voi­là donc notre grande am­bi­tion, et au pas­sage l’ex­pli­ca­tion des cinq ans. Ju­pi­ter n’était qu’un vul­gaire or­ga­ni­sa­teur de jeux du cirque. Quant à l’âme de la France, elle semble lui dic­ter de se trans­for­mer en parc à thème pour tou­ristes. Les pro­fes­sion­nels du sec­teur n’ont d’ailleurs pas man­qué de se plaindre du manque à ga­gner pré­vi­sible. Par quoi pour­raient-ils rem­pla­cer Notre-dame dans leurs cir­cuits, une vi­site chez Vuit­ton ? Bien en­ten­du, nul n’a osé in­ter­ro­ger la po­li­tique sui­ci­daire consis­tant à faire ve­nir tou­jours plus de tou­ristes dans des bâ­ti­ments qui n’ont nul­le­ment été conçus pour ce­la. Les 30 000 vi­si­teurs qui dé­fer­laient chaque jour dans Notre-dame, qu’anne Hi­dal­go bran­dit comme un re­cord à battre, ont peu­têtre quelque chose à voir avec la né­ces­si­té de réa­li­ser, à in­ter­valles ré­gu­liers, ces chan­tiers dé­li­cats, sources de nom­breux si­nistres dont Jo­na­than Sik­sou rap­pelle les cir­cons­tances (pages 58-59). Le sac­cage de nos villes et des beau­tés du monde se pour­sui­vra dans l’en­thou­siasme gé­né­ral. Et les gé­né­ra­tions fu­tures qui nous font vo­lon­tiers la le­çon n’en ont cure.

Le plus in­quié­tant, c’est que la com­mu­ni­ca­tion pré­si­den­tielle pour­rait de­ve­nir réa­li­té. Em­ma­nuel Macron a dit « nous », mais à l’évi­dence, il pense « je », d’où le court-cir­cui­tage sans mé­na­ge­ments du mi­nis­tère de la Culture et de l’ad­mi­nis­tra­tion du pa­tri­moine. Il sait bien en ef­fet que s’il a les conser­va­teurs et les ar­chi­tectes des bâ­ti­ments de France sur le dos, il n’a au­cune chance de te­nir ce dé­lai qui, de l’avis de tous les ex­perts, exi­ge­ra de sa­cri­fier le res­pect et la pru­dence dus à un bâ­ti­ment qui a tra­ver­sé les siècles pour ve­nir à nous. Pour la sainte cause des JO, on trou­ve­ra bien quelques ex­perts pour va­li­der cette dead­line. Le gou­ver­ne­ment compte donc faire vo­ter cou­rant mai une loi créant un éta­blis­se­ment pu­blic et au­to­ri­sant des condi­tions dé­ro­ga­toires pour la re­cons­truc­tion. Du coup, le mi­lieu du pa­tri­moine, plu­tôt dis­cret, voire do­cile, se re­biffe : 1 170 cher­cheurs et ex­perts du su­jet pu­blient dans Le Fi­ga­ro une tri­bune de­man­dant au pré­sident de « lais­ser le temps du diag­nos­tic aux his­to­riens et aux ex­perts avant de se pro­non­cer sur l’avenir du mo­nu­ment ».

Comme si Notre-dame était sa pro­prié­té, Macron en­tend la rendre plus belle qu'il ne l'a trou­vée

Non content de pré­tendre me­ner ce chan­tier tam­bour bat­tant et comme si Notre-dame était sa pro­prié­té, Em­ma­nuel Macron en­tend, de sur­croît, la rendre plus belle qu’il ne l’a trou­vée. Comme l’écrit mé­lan­co­li­que­ment Oli­vier Rey (pages 67-69), « étant don­né nos fa­cul­tés pro­di­gieuses à ré­pandre ac­tuel­le­ment la lai­deur, aus­si belle ne se­rait dé­jà pas si mal ». On a peu com­men­té, à ce su­jet, le verbe em­ployé par le pré­sident : il a par­lé de re­bâ­tir, pas de res­tau­rer. La res­tau­ra­tion est humble face au pas­sé, puis­qu’elle tente de re­faire « à l’iden­tique », la re­cons­truc­tion (terme em­ployé dans le pro­jet de loi) ar­ro­gante, voire ra­me­narde, propre à sti­mu­ler l’ego d’ar­chi­tectes à la mode en mal de grands « gestes ». Ul­cé­ré à l’idée que nous puis­sions ou­blier notre dette à l’égard de Viol­let-le­duc (et du xixe siècle en gé­né­ral), Pierre La­ma­lat­tie ob­serve (pages 60-61) que l’op­tion « res­tau­ra­tion » « est une évi­dence de coeur pour les Pa­ri­siens » et que « “re­cons­truc­tion” laisse le champ libre à toutes les dé­rives ». Pé­guy dé­cou­vri­rait peut-être au­jourd’hui avec hor­reur que tout com­mence en mys­tique et fi­nit en tou­ris­tique. •

1. Je laisse à cha­cun le soin de re­trou­ver les au­teurs de citations. Mer­ci à Lau­rence de Cha­rette pour son ex­cellent texte, « Ce­ci n'est pas une ca­thé­drale », pa­ru dans Le Fi­ga­ro du 23 avril, dont viennent les citations de ce pa­ra­graphe.

Notre-dame des tou­ristes…

Em­ma­nuel Macron sur le par­vis de Notre-dame le soir de l'in­cen­die, 15 avril 2019.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.