Pure Malte

Causeur - - Sommaire N° 70 – Été 2019 - Par Ga­brielle Pé­rier

Il n’y a pas qu’en France ou aux États-unis que les forces de l’ordre sont ré­gu­liè­re­ment ac­cu­sées de ra­cisme. De­puis trois mois, à Malte, le meurtre du mi­grant ivoi­rien Las­sa­na Cis­sé dé­chaîne les pas­sions. Tué sur la route de l’usine dans la­quelle il tra­vaillait, ce pauvre hère au­rait été abattu par deux sol­dats de l’ar­mée mal­taise « parce qu’il était noir ». C’est du moins ce que les pré­ve­nus au­raient avoué aux en­quê­teurs d’après le Times of Mal­ta. En at­ten­dant que la jus­tice livre son ver­dict, les res­pon­sables po­li­tiques se ren­voient la res­pon­sa­bi­li­té du meurtre, s’ac­cu­sant mu­tuel­le­ment de ne pas avoir été as­sez ac­cueillants et in­clu­sifs. Sur l’île membre de l’union eu­ro­péenne, l’af­flux de mi­grants en pro­ve­nance de la Tu­ni­sie ou de la Li­bye voi­sines est pour­tant loin de faire l’una­ni­mi­té. Ain­si, le pré­sident du Co­mi­té gar­dien des gé­né­ra­tions fu­tures (quel beau nom d’ins­ti­tu­tion !) Mau­rice Miz­zi a dû re­mettre sa dé­mis­sion au mi­nis­tère de l’en­vi­ron­ne­ment pour avoir dit en in­ter­view : « En ce mo­ment, il y a tel­le­ment de mu­sul­mans qui ar­rivent – ils ont tous neuf en­fants, alors que nous en avons deux – et ils fi­ni­ront par prendre le des­sus. » Malte, pays ra­ciste ? C’est ce que mar­tèlent plu­sieurs jour­naux lo­caux, poin­tant du doigt l’in­fluence du troi­sième par­ti de l’île : Im­pe­rium Eu­ro­pa (IE). Loin der­rière les deux grandes forces po­li­tiques mal­taises qui to­ta­lisent 93 % des suf­frages, ce grou­pus­cule a at­teint les 3 % aux eu­ro­péennes. Flan­qué de son chef plus ou moins cha­ris­ma­tique, Nor­man Lo­well, L’IE dé­fend un pro­jet fan­tasque mé­lange de New Age re­mixée à la sauce na­zie. Au pro­gramme : la construc­tion d’un nou­vel em­pire ro­main in­ter­ga­lac­tique par une élite païenne de « cau­ca­soïdes » pour en fi­nir avec « la farce dé­mo­cra­tique ». Prag­ma­tique, Lo­well a confié son an­ti­chris­tia­nisme au site Vice mais ad­mis que « beau­coup de gens le sont et nous ne pou­vons pas les éli­mi­ner ». Sa clé­mence s’ar­rête ce­pen­dant aux fron­tières d’une Eu­rope blanche qu’il sou­haite do­ter de « fron­tières tel­le­ment her­mé­tiques que même pas un lé­zard ne pour­rait y en­trer, et en­core moins un ni­gé­rien ». Et comme deux pré­cau­tions valent mieux qu’une, Lo­well pla­ni­fie d’en­voyer des em­bryons dans l’es­pace pour sau­ver les gènes de la race blanche. On ne le cha­gri­ne­ra pas en lui rap­pe­lant que Malte n’a jus­qu’ici don­né son nom qu’à une race… d’oranges tu­ni­siennes. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.