Le jour­nal de l'ou­vreuse

Plus que le cri­tique, le co­mé­dien, le mu­si­cien et le dan­seur, c'est l'ou­vreuse qui passe sa vie dans les salles de spec­tacle. Lais­sons donc sa pe­tite lampe éclai­rer notre lan­terne !

Causeur - - Sommaire -

Un an que ça du­rait. À la ren­trée der­nière, le mi­nistre de la Culture (Ma­dame Nys­sen en ce temps­là) in­forme le pa­tron de l’opé­ra de Paris qu’il par­ti­ra en 2021, be­cause la fa­meuse loi in­ven­tée ja­dis par Fran­çois Mit­ter­rand pour vi­rer Pierre Des­graupes d’an­tenne 2. Tout pré­sident d’éta­blis­se­ment pu­blic, dit la loi, lais­se­ra sa place à 65 ans ! Place utile, un élu ayant tou­jours plein de sou­tiens à sou­te­nir.

Té­lé, ra­dio, châ­teau, Ver­sailles ou Opé­ra, le choix du hé­ros ap­par­tient à Jupiter. La non­can­di­date Ro­se­lyne Ba­che­lot ré­sume sur le site Fo­rum Opé­ra :

« Il se­rait to­ta­le­ment in­con­gru de voir An­ge­la Mer­kel an­non­cer l’iden­ti­té du di­rec­teur du Staat­so­per de Berlin ou Giuseppe Conte ce­lui de la Sca­la. Il n’y a qu’en France et dans les dictatures que le rôle de la puis­sance pu­blique est aus­si pré­émi­nent. »

Trop émi­nent, di­rait-on, pour Jupiter qui nous la fait mo­deste. Au lieu de choi­sir seul, il forme un co­mi­té d’experts dont au­cun n’a di­ri­gé d’opé­ra. For­cé­ment, ça peine. Ça freine. Ça traîne. Au prin­temps, cir­culent une di­zaine de noms. Le co­mi­té en re­tient quatre, ou cinq, mais chut !, in­ter­dit de sa­voir les­quels. Chaque se­maine, un or­gane pro­phé­tise. Le Monde an­nonce Christophe Gh­ris­ti, en ce mo­ment au Ca­pi­tole de Tou­louse. D’autres pré­fèrent le gars de l’opé­ra-co­mique ou ce­lui de Bruxelles. On cherche les filles. Ap­pro­ché, puis oublié avec la der­nière gou­ja­te­rie, l’in­ten­dant de l’opé­ra de Vienne Do­mi­nique Meyer ac­cepte fin juin la Sca­la de Milan. À bout, Paris Match dé­crète le 29 juillet que Stéphane Liss­ner, par on ne sait quelle dé­ro­ga­tion à l’amen­de­ment dont il bé­né­fi­cie dé­jà, res­te­ra deux ans de plus, seul moyen de te­nir le plan­ning. Et vlan. Cinq jours plus tard, Jupiter sort le bé­bé de

sa cuisse. Il s’ap­pelle Alexander Neef. Un des « Mor­tier Boys » qui peuplent la pla­nète ly­rique de­puis que leur maître, le re­gret­té Ge­rard Mor­tier, a fui Paris en 2009. Chas­seur de voix sous Mor­tier, pe­tit Neef est de­ve­nu grand, part à To­ron­to, dont il soigne l’opé­ra de­puis 2008. Im­pré­vu, com­pé­tent, jeune (45 ans, la ma­ter­nelle pour un éta­blis­se­ment pu­blic), al­le­mand fran­co­phone ve­nu des Amé­riques, pre­mier sur la liste des éli­gibles au Met de New York : pas éton­nant qu’il plaise à Jupiter. Au­cun pis­ton, au­cun scan­dale, rien de l’idéo­logue qu’était son men­tor. Pre­miers mots sur France Culture : « Je ne pense pas que dans les grandes mai­sons de ré­per­toire il faille la révolution, mais l’évo­lu­tion et un dé­ve­lop­pe­ment na­tu­rel. » Au pro­gramme : opé­ra fran­çais (son pré­dé­ces­seur y au­ra beau­coup oeu­vré, quoique au­cun de ses spec­tacles ne puisse se main­te­nir au « ré­per­toire »), main ten­due vers l’ouest (en­fin Bern­stein, Ger­sh­win, Glass, Adams ? re­tour de Brit­ten ?), réa­lisme et ou­ver­ture d’es­prit. Comme on dit dans La Haine, jus­qu’ici tout va bien.

Main­te­nant, une énorme cam­pagne de tra­vaux doit trans­la­ter stu­dios et ate­liers du bou­le­vard Ber­thier à la Bas­tille – où se pro­file une qua­trième salle dite « mo­du­lable », non fi­nan­cée. Le pu­blic n’a tou­jours rien de po­pu­laire, les ta­rifs non plus. Ac­corte, Mon­sieur Neef n’est pas cha­leu­reux, on se de­mande comment le pu­blic et les 1 700 sa­la­riés lui di­ront bon­jour. Et de­puis trente ans qu’il braille, l’opé­ra Bas­tille a la ma­nie de lyn­cher tous ses rois. Aus­si, ma soeur, mon frère, prions. Sa­lut à toi, Alexander ! Que ton règne vienne ! Qu’il te soit doux et nous soit fé­cond ! (Sur le toit du pa­lais Gar­nier, Apol­lon se tord). •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.