MAIS ?! D’OÙ TU VIENS TOI ?

City Pattes - - ORIGINE DES RACES -

A ma droite le Lou­lou de Po­mé­ra­nie, poids plume ca­té­go­rie grande fi­dé­li­té. A ma gauche, le Saint-hu­bert poids lourd ca­té­go­rie grande gen­tillesse. Phy­si­que­ment au­cun point com­mun, tous deux étant de races dif­fé­rentes. Pour au­tant, ils font par­tie de la même fa­mille : les ca­ni­dés et ap­par­tiennent au même genre : le ca­nis lu­pus. Comme le loup gris dont ils se­raient… les des­cen­dants ! Ex­pli­ca­tions…

Se­lon Erin Ross du ma­ga­zine de sciences an­glais Na­ture : « les chiens ont évo­lué des loups et se sont rap­pro­chés des Hommes il y a plus de 30 000 ans. Cha­cun y trou­vait alors son compte : les loups n’avaient plus be­soin de faire d’ef­forts pour se nour­rir, se dé­lec­tant des restes lais­sés sur les camps et les Hommes bé­né­fi­ciaient quant à eux de la pro­tec­tion des loups qui dé­fen­daient leur ter­ri­toire. »

D’après d’autres études, le chien do­mes­ti­qué au­rait pour pre­mier an­cêtre un chien pri­mi­tif ou d’autres ca­ni­dés mor­pho­lo­gi­que­ment proches comme les loups et les cha­cals. Ou en­core, comme l’a sou­te­nu l’ana­to­miste Georges Cu­vier, « le chien do­mes­tique a pour ori­gine une es­pèce sau­vage au­jourd’hui dis­pa­rue ». En­fin, se­lon d’autres cher­cheurs, il exis­te­rait par­mi les chiens sau­vages ac­tuels, un fi­dèle re­pré­sen­tant du pre­mier an­cêtre.

Vous l’au­rez com­pris, de nom­breuses in­cer­ti­tudes de­meurent quant à l’ori­gine de l’ap­pa­ri­tion de notre fi­dèle qua­dru­pède. Quant à son évo­lu­tion, elle au­rait été fa­çon­née par la main de l’homme pour ré­pondre à ses be­soins. Au fil du temps et de ses conquêtes, les hu­mains pra­ti­quèrent un éle­vage sé­lec­tif en choi­sis­sant par­mi les dif­fé­rents groupes de chien : chas­seurs, gar­diens, com­bat, tra­vail, etc. Ceux qui tra­vaillaient le mieux pour les des­ti­ner à la re­pro­duc­tion. Cette sé­lec­tion mil­lé­naire en­gen­dra des races très dif­fé­rentes tant sur le plan mor­pho­lo­gique que ce­lui du ca­rac­tère et du com­por­te­ment. Les chiens de trou­peaux par exemple, ont la même fonc­tion de gar­dien mais des ca­rac­té­ris­tiques phy­siques très éloi­gnées. Pre­nez le beau­ce­ron (de la plaine de Beauce), au­tre­fois il condui­sait les bo­vins quand son co­pain le pe­tit ber­ger des Py­ré­nées di­ri­geait d’une patte agile, les ovins.

Ce n’est qu’au 19ème siècle, que les ca­rac­té­ris­tiques pu­re­ment es­thé­tiques et phy­siques prirent le pas sur celle de l’uti­li­té avec l’ap­pa­ri­tion des pre­mières ex­po­si­tions ca­nines, des pre­miers éle­vages et des pre­miers livres des­ti­nés à la sau­ve­garde des races. De­puis, elles ont connu bien des évo­lu­tions. On dé­nombre au­jourd’hui plus de 400 races ré­par­ties à tra­vers le monde qui ont été fa­çon­nées pour ré­pondre par­fai­te­ment à leur nou­velle fonc­tion : chien de com­pa­gnie.

Con­nais­sez-vous les dif­fé­rents groupes de chiens ?

La no­men­cla­ture of­fi­cielle im­po­sée par la F.C.I. (ap­pli­quée par tous ses membres dont la S.C.C.) di­vise la grande fa­mille de l’es­pèce ca­nine en 10 groupes dans les­quels fi­gurent des races ayant un cer­tain nombre de ca­rac­tères dis­tinc­tifs com­muns.

Sources : www.cen­tra­le­ca­nine.fr; www.les3­pilliers.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.