LE CA­VAGE AVEC VOTRE CHIEN ?

À quelques jours du dé­but de la sai­son de la truffe, Mu­sher et So­phie, créa­trices du site Em­mè­ne­ton­chien.com, vous pré­sentent le ca­vage, une ac­ti­vi­té Trop W’ouf qu’elles par­tagent en­semble.

City Pattes - - ET SI VOUS TESTIEZ -

Nos chiens ont un flair ul­tra-dé­ve­lop­pé. Grâce à ce flair, ils exercent des mé­tiers in­croyables aux cô­tés de leurs maîtres. Tan­tôt chien po­li­cier, ils sont ca­pables de dé­tec­ter de la drogue ou de suivre la trace d’une per­sonne dis­pa­rue plu­sieurs heures après son pas­sage. Tan­tôt chien mé­de­cin, ils sont ca­pable dé­sor­mais de dé­tec­ter les can­cers. Et tan­tôt chien truf­fier, ils re­pèrent les truffes bien ca­chées dans le sol pour la joie des plus fins gour­mets.

La truffe a une sai­son. Elle se ré­colte de no­vembre à fé­vrier. Si le Pé­ri­gord est LA ré­gion de la truffe, il existe bien d’autres en­droits en France où l’on peut la trou­ver. Pas la peine de cher­cher le cham­pi­gnon avec vos yeux, ce der­nier se “cave“; il se dé­terre du sol. Pour trou­ver le pré­cieux cham­pi­gnon, les truf­fi­cul­teurs sont sou­vent ac­com­pa­gnés d’un chien truf­fier.

Ma chienne, Mu­sher, est une la­bra­dor noire de 4 ans. Elle passe sa vie la truffe au sol à tout re­ni­fler dès fois qu’il y au­rait un pe­tit truc à man­ger quelque part. Elle a dé­ve­lop­pé un su­per odo­rat. J’avais en­ten­du par­ler de Thier­ry de la Dog­gy Fa­mi­ly qui pro­pose des ini­tia­tions au ca­vage dans l’hé­rault. Une ac­ti­vi­té où il faut faire mar­cher sa truffe : ça sem­blait être par­fait pour elle ! Une fois sur place, nous étions une di­zaine de duos maître et chien pour cette séance de dé­cou­verte. Il y avait là toutes sortes de chien: des jeunes, des vieux, des gros, des pe­tits… Le ca­vage en mode loi­sir est une ac­ti­vi­té pour tous. C’est la ga­ran­tie de par­ta­ger des mo­ments ex­traor­di­naires avec lui au grand air. Et si les truffes ne sont pas au ren­dez-vous, vous met­trez des fines herbes dans votre ome­lette !

POUR­QUOI UNE SÉANCE EN GROUPE POUR DÉ­BU­TER ?

Tout sim­ple­ment parce que c’est très sti­mu­lant pour les chiens. Ils voient les autres faire, se faire ré­com­pen­ser et, du coup, com­prennent ra­pi­de­ment ce qu’on at­tend d’eux. La pre­mière séance ne se fait pas sous un chêne truf­fier. La truffe coûte ex­trê­me­ment cher alors avant de lâ­cher un chien sur une truf­fière, il faut être cer­tain qu’il sache les ra­mas­ser avec dé­li­ca­tesse pour ne pas les abî­mer ou pire les man­ger. Thier­ry uti­lise des pe­tites cap­sules en plas­tique dans le­quel il place des mor­ceaux de tis­sus im­pré­gnés de Ca­ni­truf, li­quide qui imite l’odeur de la truffe. Il planque les cap­sules dans le sol à dif­fé­rentes pro­fon­deurs. Charge en­suite aux tou­tous de les re­trou­ver. Pen­dant les pre­mières séances, le chien ap­prend à re­pé­rer l’odeur puis à mar­quer la pré­sence de la truffe afin que son maître puisse la ré­col­ter. Mu­sher a ra­pi­de­ment com­pris que si elle trou­vait les truffes avant les autres, elle au­rait toutes les ré­com­penses. Du coup, elle a car­ton­né. Elle a ado­ré cette pre­mière séance et les sui­vantes. Pour ma part, je pra­tique le ca­vage en mode loi­sir. Il n’est pas si simple d’iden­ti­fier les chênes truf­fiers sau­vages et en­core moins fa­cile de tom­ber sur un arbre qui en pro­duit en­core…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.