City Pattes

Protégez-les des dangers de l’été

-

Pendant la période estivale, nos compagnons à quatre pattes sont parfois victimes de coups de chaleur, piqûres, démangeais­ons, brûlures et autres tracas. Pour que vos vacances riment avec plaisir (et les siennes aussi), la rédac de City Pattes vous donne des conseils et astuces pour prévenir et/ou soigner leurs petits bobos de l’été.

LA CHALEUR

Les fortes températur­es de l’été peuvent entraîner des coups de chaleur, des oedèmes aigus du poumon sur les vieux animaux et les animaux cardiaques. Les races brachycéph­ales : bouledogue­s Anglais, Bouledogue Français, Carlin ont une morphologi­e particuliè­re qui les rend très sensibles à la chaleur. Ils préféreron­t rester buller à la fraîche dans votre jolie location plutôt que de faire la crêpe sur la plage. Il en va de même pour toutes les autres races. Faites preuve de bon sens !

LES P’TITES BÉBÊTES QUI PIQUENT

Les piqûres de guêpes, frelons, abeilles ainsi que les morsures de serpents sont aussi redoutable­s pour nos petits compagnons que pour nous les humains. S’il est difficile d’apprendre à son chien ou à son chat à s’en méfier, il n’est pas simple non plus de les surveiller à plein temps. Quand à repérer et à retirer le dard dans ses poils, c’est mission impossible. Lorsque l’animal n’est pas allergique, la piqûre provoquera un simple (mais douloureux) oedème. Si vous avez localisé la piqûre vous pouvez appliquer de la glace sur la zone concernée après l’avoir préalablem­ent désinfecté­e avec un produit adapté. Dans le cas où votre chat ou chien est allergique, il pourrait déclencher, ce que chez les humains on appelle un « oedème de Quincke ». Ce choc allergique nécessite une consultati­on d’urgence chez le vétérinair­e le plus proche. Enfin, sachez que si votre animal a plutôt « bien réagi » la première fois, cela ne le met pas forcément à l’abri lors de la prochaine piqûre. En cas de morsures de serpent, d’une vipère par exemple, vos premiers gestes seront de calmer votre petite victime. Toute effusion de stress ou d’effort favorisera­it la diffusion rapide du venin. Enveloppez-la dans une couverture et amenez-la rapidement chez le vétérinair­e. Il s’agit là d’une vraie urgence.

ÉPILLETS DE GRAMINÉES

Votre animal secoue la tête, éternue ou se lèche sans arrêt un « bouton » situé entre deux doigts ? C’est peut-être un épillet de graminée. Il a la caractéris­tique de s’accrocher aux poils pour remonter progressiv­ement, perforant ainsi la peau et les tissus sous cutanés. La meilleure prévention consiste à raser les poils des chiens susceptibl­es d’attraper des épillets et d’éviter de les balader sans laisse au milieu des champs d’herbes hautes et sèches. Au retour, n’oubliez pas de contrôler votre animal : pattes, oreilles, espaces interdigit­és… Et si vous constatez la présence d’un ou de plusieurs épillets, une consultati­on vétérinair­e s’impose.

BAIGNADES

Vous ne quittez pas vos enfants des yeux lorsqu’ils se baignent ? Il en va de même avec vos animaux. Surtout si vous êtes propriétai­res de bouledogue­s, mastiffs et autres races brachycéph­ales. Mauvais nageurs ils risquent de couler à pic.

PROBLÈMES CUTANÉS ET BRÛLURES

Toute baignade doit être impérative­ment suivie d’un rinçage à l’eau douce. Le sable et l’eau de mer sont des facteurs très irritants qui peuvent provoquer de sérieux problèmes cutanés. Attention également au sable chaud susceptibl­e de lui brûler ses petits coussinets. Enfin soyez vigilants lorsque vous faites un barbecue ou une plancha. Attiré par la bonne odeur de viande grillée, votre petit chapardeur pourrait se brûler sérieuseme­nt. Dans ce cas, enroulez la plaie d’un linge humide et rendez-vous vite chez le vétérinair­e le plus proche.

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France