HARO SUR LE SÉPARATISM­E

La fu­ture loi, dont Em­ma­nuel Ma­cron va dé­voi­ler les contours, est des­ti­née à lut­ter contre le com­mu­nau­ta­risme.

CNEWS - Cote d'Azur - - GRAND ANGLE -

Un su­jet brû­lant, au coeur des pré­oc­cu­pa­tions d’Em­ma­nuel Ma­cron de­puis plu­sieurs mois. La lutte contre le séparatism­e doit fran­chir une étape clé aujourd’hui, avec un dis­cours du chef de l’Etat dans la ville des Mu­reaux (Yve­lines). Cette prise de pa­role at­ten­due an­nonce l’ar­ri­vée d’un pro­jet de loi du­rant l’au­tomne, qui au­ra pour ob­jec­tif de lut­ter plus ef­fi­ca­ce­ment contre le phé­no­mène, sem­blable au com­mu­nau­ta­risme, que l’on peut dé­fi­nir comme la vo­lon­té d’un groupe de ne plus suivre les lois de la Ré­pu­blique, au pro­fit d’autres va­leurs, qu’elles soient re­li­gieuses ou cultu­relles.

Des lieux de culte aux mé­de­cins

La lutte contre l’is­lam ra­di­cal est évi­dem­ment dans le vi­seur. La fin des imams étran­gers dé­ta­chés dans les mos­quées de­vrait no­tam­ment faire par­tie des me­sures an­non­cées, afin d’évi­ter que l’is­lam ne soit en­sei­gné par des per­sonnes ne connais­sant pas le contexte cultu­rel et so­cial fran­çais. Le contrôle du fi­nan­ce­ment des mos­quées de­vrait éga­le­ment y fi­gu­rer. Il s’agi­ra aus­si de se pen­cher sur cer­taines as­so­cia­tions lo­cales, que les au­to­ri­tés soup­çonnent de réa­li­ser un «la­vage de cer­veau» re­li­gieux ou com­mu­nau­taire. Or, ces as­so­cia­tions cultuelles sont celles vers qui les po­pu­la­tions se tournent, plu­tôt que la mai­rie, pour ob­te­nir un em­ploi ou une place en crèche dans cer­tains quar­tiers. Le but est de sa­voir pré­ci­sé­ment qui les di­rige et y in­ter­vient. Une charte de la laï­ci­té de­vrait être mise en place, les en­ga­geant à la res­pec­ter sous peine de se voir re­ti­rer les sub­ven­tions pu­bliques. La pro­tec­tion de la di­gni­té hu­maine se­ra aus­si un vo­let du pro­jet de loi, afin d’en ter­mi­ner avec les pra­tiques dé­gra­dantes liées à la re­li­gion. C’est dans ce cadre que s’ins­cri­ra la pé­na­li­sa­tion des mé­de­cins dé­li­vrant des cer­ti­fi­cats de vir­gi­ni­té, ré­cla­més à cer­taines fu­tures ma­riées. En­fin, la neu­tra­li­té re­li­gieuse dans les ser­vices pu­blics de­vrait être abor­dée. L’exé­cu­tif sou­haite ain­si mettre fin à la pré­sence de salles de prière ou au fait que des agents re­fusent de tra­vailler avec des femmes. Face à ces pistes, cer­tains es­timent que la prio­ri­té de­vrait al­ler à plus de jus­tice so­ciale et de moyens pour lut­ter contre les in­éga­li­tés, et mettent en garde contre une stra­té­gie qui semble ci­bler l’is­lam. Le gou­ver­ne­ment a ré­agi en par­lant «des» sé­pa­ra­tismes. Pour pré­ve­nir ces ac­cu­sa­tions, Mar­lène Schiap­pa, mi­nistre dé­lé­guée à la Ci­toyen­ne­té, a en outre in­di­qué que le pro­jet concer­ne­ra aus­si le «su­pré­ma­cisme blanc» et les «dé­rives sec­taires».

Un thème cher au RN et à LR

En fai­sant du séparatism­e un des dos­siers ma­jeurs de l’au­tomne, l’exé­cu­tif veut mar­quer les es­prits. La cam­pagne pour la pré­si­den­tielle 2022 de­vrait se lan­cer d’ici à en­vi­ron un an, et il faut ren­for­cer l’image du pré­sident là où ses ad­ver­saires l’at­taquent : son manque d’au­to­ri­té. De quoi raf­fer­mir sa sta­ture, tout en al­lant jouer sur un ter­rain ha­bi­tuel­le­ment fa­vo­rable à des for­ma­tions po­li­tiques comme Les Ré­pu­bli­cains ou le Ras­sem­ble­ment na­tio­nal. Avec le séparatism­e, il tient un su­jet cli­vant, mais sur­tout ex­trê­me­ment im­por­tant aux yeux des Fran­çais, car il touche au res­pect des va­leurs de la Ré­pu­blique. Dans un son­dage pa­ru en sep­tembre, 76 % d’entre eux se disent d’ailleurs fa­vo­rables à une loi contre le phé­no­mène. La course à l’Ely­sée va peut-être com­men­cer aujourd’hui, aux Mu­reaux. ■

Le pré­sident veut en­ca­drer l’en­sei­gne­ment de l’is­lam, ain­si que le fi­nan­ce­ment des mos­quées et des as­so­cia­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.