LE VI­RUS GAGNE L’EU­ROPE

Le Co­vid-19 a dé­jà fait trois vic­times dans la pé­nin­sule, sus­ci­tant une vive in­quié­tude à travers tout le conti­nent.

CNEWS - Provence - - GRAND ANGLE -

Une ex­pan­sion qui in­quiète. Alors que le bi­lan du co­ro­na­vi­rus conti­nue de s’alour­dir en Chine (2 442 morts et 77 000 per­sonnes conta­mi­nées), onze villes du nord de l’Ita­lie, à près de 9 000 ki­lo­mètres de là, ont été pla­cées en qua­ran­taine hier, une pre­mière en Eu­rope de­puis le dé­but de l’épi­dé­mie en dé­cembre. Une me­sure ex­cep­tion­nelle, qui fait suite à l’ex­plo­sion in­at­ten­due du nombre de cas dans la Botte. Pas moins de 152 per­sonnes ont contrac­té le vi­rus dans le pays, contre seule­ment trois il y a quelques jours en­core. Ces conta­mi­na­tions ont été mor­telles pour trois d’entre elles, toutes âgées, celles-ci étant de­ve­nues les pre­miers res­sor­tis­sants eu­ro­péens à suc­com­ber au Co­vid-19. Un nou­veau pa­lier dans le dé­ve­lop­pe­ment du vi­rus, qui met l’en­semble de l’Eu­rope sur le qui-vive.

Les pays voi­sins en alerte

De­puis hier, les onze com­munes ita­liennes mises à l’iso­le­ment (dix en Lom­bar­die et une en Vé­né­tie), qui hé­bergent 52 000 ha­bi­tants, res­semblent à des villes mortes. Ni en­trée ni sor­tie n’y sont au­to­ri­sées, les contre­ve­nants s’ex­po­sant à des sanc­tions pou­vant al­ler jus­qu’à trois mois de pri­son. Tous les lieux pu­blics, y com­pris les en­tre­prises et les écoles, y ont été fer­més (sauf les phar­ma­cies), les évé­ne­ments cultu­rels et spor­tifs an­nu­lés, tout comme les ex­cur­sions sco­laires, et les po­li­ciers dé­ployés. Cer­tains trains ne s’y ar­rêtent même plus. La pro­gres­sion du co­ro­na­vi­rus per­turbe aus­si la Fa­shion Week de Mi­lan, comme le car­na­val de Ve­nise, stop­pé deux jours avant son terme hier. Pour frei­ner l’épi­dé­mie, le pré­sident de la ré­gion Lom­bar­die, At­ti­lio Fon­ta­na, membre de la Ligue (ex­trême droite), a ré­cla­mé hier «des contrôles ac­crus aux fron­tières». La psy­chose est ac­cen­tuée par le fait que les au­to­ri­tés n’ont tou­jours pas réus­si à sa­voir qui était le «pa­tient zé­ro» du foyer de conta­mi­na­tion dans le pays. De quoi sus­ci­ter l’in­quié­tude des ex­perts en vi­ro­lo­gie, qui sou­lignent l’ap­pa­ri­tion de cas ve­nus de nulle part, dont la chaîne de trans­mis­sion ne par­vient pas à être re­cons­truite, lais­sant craindre une pan­dé­mie mon­diale. Du cô­té des pays voi­sins de l’Ita­lie, on se veut vi­gi­lants mais ras­su­rants. Le mi­nistre fran­çais de la San­té, Oli­vier Vé­ran, a as­su­ré hier qu’au­cun nou­veau cas n’avait été dé­tec­té dans le pays. Son ho­mo­logue au­tri­chien de la San­té a lui es­ti­mé sa­me­di qu’il n’y avait «pas de rai­son de pa­ni­quer».

Une me­nace in­ter­na­tio­nale

Loin de concer­ner seule­ment l’Eu­rope, la me­nace de pro­pa­ga­tion du co­ro­na­vi­rus s’étend au monde en­tier. Au to­tal, 29 Etats et ter­ri­toires (sans comp­ter la Chine) sont tou­chés par le Co­vid-19. Cer­tains plus que d’autres. C’est le cas de l’Iran, de­ve­nu hier le pays où le vi­rus a fait le plus de morts hors de Chine (8 dé­cès), pous­sant plu­sieurs de ses voi­sins à fer­mer leurs fron­tières. La Co­rée du Sud, deuxième pays le plus in­fec­té (602 cas) après l’em­pire du Mi­lieu, où le nombre de nou­velles conta­mi­na­tions est en baisse, a de son cô­té por­té son ni­veau d’alerte «au plus haut ni­veau de gra­vi­té». Mais la plus grande crainte de l’OMS vient d’un conti­nent pour l’ins­tant qua­si­ment épar­gné : l’Afrique, qui est se­lon l’or­ga­ni­sa­tion onu­sienne mal pré­pa­rée en cas d’ar­ri­vée de l’épi­dé­mie. La pla­nète de­vrait donc conti­nuer à vivre au rythme du co­ro­na­vi­rus en­core de longues se­maines.

Dans les com­munes à l’iso­le­ment, les lieux pu­blics ont été fer­més, et les évé­ne­ments cultu­rels et spor­tifs an­nu­lés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.