LA SE­MAINE DE PHILIPPE LABRO

CNEWS - Provence - - LA UNE - Philippe Labro p.labro@cnews­ma­tin.net

MER­CRE­DI 30 SEP­TEMBRE

Ce n’est pas très fa­cile de se ré­veiller à 2h55 du ma­tin pour as­sis­ter au pre­mier dé­bat té­lé­vi­sé de la cam­pagne pré­si­den­tielle amé­ri­caine, Do­nald Trump face à Joe Bi­den, à Cle­ve­land, dans l’Ohio. Mais, pour votre chro­ni­queur, qui a sui­vi tant d’autres joutes de ce type de­puis des an­nées, c’était né­ces­saire. Nous avons as­sis­té à une em­poi­gnade chao­tique sans pré­cé­dent. Ja­mais, aus­si bien sous Ken­ne­dy, Nixon, Car­ter, Rea­gan, Clin­ton, les deux Bush, Oba­ma – qui vous vou­lez ! –, ja­mais je n’ai en­ten­du au­tant de fa­mi­lia­ri­tés («Ta gueule, mon vieux !» ; «Vous êtes un clown» ; «Vous êtes un men­teur» ; «Vous n’avez au­cune in­tel­li­gence»). Ja­mais au­tant d’in­ter­rup­tions in­tem­pes­tives, qui contre­viennent à toutes les règles. J’ai sous la main huit pages de notes prises au cours des 90 mi­nutes de cette al­ga­rade. Que puis-je en re­ti­rer ? Les ques­tions sur le ra­cisme, l’en­vi­ron­ne­ment, la science et son dé­ni, les vio­lences ur­baines, l’ir­rup­tion de la pan­dé­mie dans une éco­no­mie qui «al­lait ma­gni­fi­que­ment bien», dixit Trump, le legs d’Oba­ma et de son sys­tème de san­té, tout ce­la a été abor­dé, certes, et si l’on dé­cor­tique l’en­semble, on peut conclure que les élec­teurs amé­ri­cains font face à un vrai choix, car les deux hommes n’ont rien en com­mun. Il est sou­vent ad­mis qu’un dé­bat té­lé­vi­sé n’a pas au­tant d’in­fluence que l’on croit sur les vo­tants. Il va fal­loir at­tendre les pro­chains son­dages. Il n’em­pêche : on a vé­cu un abais­se­ment dans la qua­li­té du discours et du com­por­te­ment. Mais n’estce pas dans l’air du temps ? Les en­gueu­lades, les im­pos­si­bi­li­tés d’al­ler au bout d’une phrase, l’in­vec­tive et l’im­po­li­tesse font loi sur de nom­breux pla­teaux de té­lé­vi­sion, et ce­la ne se li­mite pas aux Etats-Unis. Nous en sommes aus­si les spec­ta­teurs. Le ton est mon­té par­tout, et les normes de la bien­séance ont sou­vent ex­plo­sé. C’est ain­si. C’est la mu­sique de notre époque. Elle a au moins une ver­tu, celle de la li­ber­té de s’ex­pri­mer. Je pré­fé­re­rai tou­jours le to­hu-bo­hu des dé­mo­cra­ties plu­tôt que le si­lence des dic­ta­tures. A 4h30 du ma­tin, j’ai ten­té de m’en­dor­mir. Im­pos­sible !

JEU­DI 1ER OC­TOBRE

Il se confirme chaque jour que le livre se porte bien. Con­trai­re­ment à d’autres sec­teurs, il semble s’ins­tal­ler comme une va­leur re­fuge, un en­ri­chis­se­ment per­ma­nent, une éva­sion, la pos­si­bi­li­té de rê­ver et de ré­flé­chir. Aus­si bien, chaque se­maine ou presque, je sou­haite si­gna­ler quelques pu­bli­ca­tions, par­fois dans le désordre. Ain­si, il y a His­toire du fils (éd. Bu­chet Chas­tel), de Ma­rie-Hé­lène La­fon, une ro­man­cière qui ac­cu­mule les suc­cès et les prix lit­té­raires grâce à la flui­di­té de son écri­ture et à la force de ses ré­cits. On doit aus­si s’ar­rê­ter sur La grande

épreuve (éd. Stock), d’Etienne de Mon­te­ty,

qui, en cette pé­riode de pro­cès des at­ten­tats de jan­vier 2015, s’est ins­pi­ré, par la fic­tion, d’un évé­ne­ment qui cho­qua tout notre pays : l’exé­cu­tion d’un prêtre nor­mand, Jacques Ha­mel, le mar­tyr de Saint-Etienne-duRou­vray. Je vous re­com­mande en­fin un al­bum qui vient de pa­raître, si­gné Serge Kor­ber et Jean-Yves Ka­te­lan,

Jean-Louis Trin­ti­gnant, dia­logue entre

amis (éd. de La Mar­ti­nière). Té­moi­gnage d’une ami­tié, bien sûr, mais aus­si et sur­tout un pa­no­ra­ma, su­per­be­ment illus­tré, de la vie et la car­rière de cet ac­teur ex­cep­tion­nel. Des ci­ta­tions in­édites ou en­core des poèmes bien choi­sis constellen­t cet ou­vrage ori­gi­nal. Des­nos, Ara­gon… Tout ce que Trin­ti­gnant sait dire et lire comme per­sonne. Avec cette phrase de Pré­vert que Trin­ti­gnant a fait sienne de­puis long­temps : «Par­lons des choses heu­reuses, pour ce qui est de la peine, pas la peine d’en par­ler.» «C’est de Pré­vert»,

pré­cise l’ac­teur. Il ajoute : «C’est beau, Pré­vert.» Il est très beau, ce livre. C’est beau, les livres !

© NIN­TEN­DO © A. DE CSA­BAY

Les in­sultes ont fu­sé lors du face-à-face entre le pré­sident amé­ri­cain Do­nald Trump et son ad­ver­saire Joe Bi­den.

LA SE­MAINE DE

Trin­ti­gnant, ac­teur ex­cep­tion­nel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.