LA PAGAILLE DES VOTES AN­TI­CI­PÉS

CNEWS - Provence - - MONDE -

Les critiques pleuvent. Alors que la pré­si­den­tielle amé­ri­caine est fixée au 3 no­vembre, plus de 10 mil­lions de ci­toyens ont pu vo­ter de ma­nière an­ti­ci­pée. En Géor­gie, par exemple, les ha­bi­tants pou­vaient ac­com­plir leur de­voir élec­to­ral dès lun­di. Seu­le­ment, des bugs sur des ma­chines élec­to­rales et un nombre de bu­reaux de vote réduit à cause de la pan­dé­mie ont en­traî­né des files d’at­tente de plu­sieurs heures. Ces pro­blé­ma­tiques étaient pré­vi­sibles. Lors de la pri­maire dé­mo­crate, de telles scènes avaient déjà eu lieu. Pour les évi­ter, des Etats avaient élar­gi l’ac­cès au vote par cor­res­pon­dance à tous les ci­toyens. Seu­le­ment, le camp ré­pu­bli­cain et Do­nald Trump ont fait leur pos­sible pour frei­ner cette dé­ci­sion, as­su­rant qu’elle en­traî­nait un risque de fraude. Cet en­jeu a ryth­mé les der­niers mois de campagne, pour­tant des études uni­ver­si­taires sur le su­jet ne per­mettent pas de sou­te­nir l’hy­po­thèse du pré­sident. Ses op­po­sants s’ap­puient d’ailleurs sur ce­la pour ex­pli­quer qu’il veut faire en sorte de bais­ser la par­ti­ci­pa­tion en mi­sant sur la dif­fi­cul­té d’ac­cès au vote pour les mi­no­ri­tés. Outre le seul dé­bat de la fraude, le vote par cor­res­pon­dance de­vrait avoir une consé­quence im­por­tante : le nom du pro­chain pré­sident ne se­ra pas connu au soir de l’«Elec­tion Day». Si cer­tains Etats peuvent com­men­cer à comp­ter les bul­le­tins en­voyés par cour­rier, d’autres doivent at­tendre la fer­me­ture des bu­reaux pour le faire. Le dé­lai pour connaître le vain­queur pour­rait s’éta­ler sur plu­sieurs jours. De quoi lais­ser en­tre­voir de nou­velles ten­sions dans une élec­tion ô com­bien élec­trique. ■

Outre-At­lan­tique, 10 mil­lions d’élec­teurs ont déjà fait part de leur choix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.