« L’em­pla­ce­ment, l’em­pla­ce­ment, l’em­pla­ce­ment »

Connaissance de la Chasse - - Capital Cynégétique -

Se­lon Ju­lien Ola­gnon, les do­maines de chasse obéissent à bien des égards aux règles du mar­ché im­mo­bi­lier. « L’em­pla­ce­ment est un cri­tère de co­ta­tion pri­mor­dial. À moins d’une heure et de­mie de Pa­ris, les grandes sur­faces fo­res­tières tournent au­tour de 10000 eu­ros l’hec­tare. Si le bois est beau, ça grimpe da­van­tage en­core. Pour les terres agri­coles, ce prix est un seuil de dé­part. Quant aux étangs, le ni­veau se si­tue au­tour de 20000 à 30000 eu­ros l’hec­tare, se­lon la qua­li­té de l’eau et des berges. À l’op­po­sé, dans des sec­teurs les plus iso­lés de l’Hexa­gone, le prix de l’hec­tare de fo­rêt peut des­cendre à 800 eu­ros, voire moins. » L’em­pla­ce­ment mis à part, la fer­ti­li­té du sol se­ra aus­si prise en compte, mais l’ex­pert pré­vient : « Un fonds fo­res­tier fer­tile ne suf­fit pas. Il y a des fo­rêts qui manquent d’eau. » Ju­lien Ola­gnon prône une ges­tion dy­na­mique de la fo­rêt, qui op­ti­mise ren­de­ment et ca­pa­ci­té d’ac­cueil du gi­bier. C’est au pro­prié­taire de pla­cer des cur­seurs. Les zones moins pro­duc­tives se­ront dé­diées à la faune sau­vage. « La fi­lière bois éner­gie (pla­quettes) re­pré­sente un dé­bou­ché peu em­prun­té par les pro­prié­taires, qui trou­ve­raient là un moyen d’amor­tir leurs coûts d’en­tre­tien (éla­gage) de ter­ri­toire en re­ve­nant au­tour de 10 eu­ros/tonne. » Un beau do­maine se ré­su­me­rait donc ain­si : une di­ver­si­té de mi­lieu, de la quié­tude et de l’eau. La Fi­du­ciaire du fon­cier, 06 23 12 07 34, la-fi­du­caire-du-fon­cier.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.