On en parle : « Ba­lance ton nid »

Connaissance de la Chasse - - Au Sommaire - par Thi­baut Ma­cé

Les zones hu­mides fran­çaises sont me­na­cées aus­si bien quan­ti­ta­ti­ve­ment que qua­li­ta­ti­ve­ment. On es­time que le XXe siècle a vu dis­pa­raître 2,5 mil­lions d’hec­tares de leur su­per­fi­cie, pour tom­ber à 1,5 mil­lion d’hec­tares ac­tuel­le­ment. Au­jourd’hui seuls 3 % du ter­ri­toire sont cou­verts en zones clas­sées hu­mides. Pour l’As­so­cia­tion na­tio­nale des chas­seurs de gi­bier d’eau, c’est grâce à leur vo­ca­tion cy­né­gé­tique et, de fait, à l’ac­tion qu’y mènent les chas­seurs, que de nom­breuses zones hu­mides sont en­core fonc­tion­nelles. Ain­si, l’Ancge es­time que la perte de qua­li­té des ha­bi­tats doit conduire les chas­seurs à no­tam­ment ren­for­cer des ac­tions des­ti­nées à fa­vo­ri­ser la re­pro­duc­tion na­tu­relle des es­pèces dé­pen­dant de ces mi­lieux. Sur ce point, la res­pon­sa­bi­li­té des chas­seurs vis-à-vis des es­pèces clas­sées gi­bier se doit d’être en­core plus grande. Si la pose de ni­choirs ar­ti­fi­ciels, qui va dans le sens de cet ob­jec­tif, fait de­puis plu­sieurs dé­cen­nies par­tie des amé­na­ge­ments dé­ve­lop­pés par les chas­seurs, l’Ancge vous pro­pose dé­sor­mais une nou­velle ap­proche,

plus ef­fi­cace et moins coû­teuse, avec « Ba­lance ton nid ». Pour la pre­mière fois, cette opé­ra­tion est or­ga­ni­sée au ni­veau na­tio­nal. « Nous or­ga­ni­sions de­puis trois sai­sons

l’opé­ra­tion à l’échelle dé­par­te­men­tale », com­mente De­nis Da­bo, ad­mi­nis­tra­teur Ancge Pays de la Loire. Par­ti d’une di­zaine de nids, ce sont 120 ins­tal­la­tions qui ont été créées

Sous cette for­mule dé­com­plexée se cache une ini­tia­tive de l’Ancge des plus utiles : ai­der la ni­di­fi­ca­tion des ca­nards. Tout ce qu’il faut sa­voir pour créer un nid ar­ti­fi­ciel. Fa­cile, ra­pide et pas cher.

l’an­née der­nière, no­tam­ment sur le Ma­rais bre­ton, le lac de Gran­lieu, le ma­rais de Ma­ze­rolles ou ceux de Gué­rande. L’ex­pé­rience ac­quise per­met dé­sor­mais aux or­ga­ni­sa­teurs de mieux ex­pli­quer les dé­tails pour op­ti­mi­ser le suc­cès de cette opé­ra­tion d’une am­pleur in­édite.

Cons­trui­sez vous­même votre nid

Le tra­di­tion­nel pa­nier en osier se­ra rem­pla­cé par un nid tu­bu­laire gar­ni de foin. Il s’agit d’un pro­cé­dé lar­ge­ment em­ployé dans les pays an­glo-saxons (États-Unis et Royau­meU­ni) de­puis les an­nées 1990. Ce pro­cé­dé nou­vel­le­ment ap­pa­ru en France pré­sente plu­sieurs avan­tages. Il est tout d’abord éco­no­mique : moins de 2 eu­ros suf­fisent pour fa­bri­quer un tel nid. Il s’in­tègre as­sez bien dans le pay­sage et offre de bonnes ga­ran­ties pour la re­pro­duc­tion du col­vert, l’es­pèce la plus ré­cep­tive à ces amé­na­ge­ments. Se­lon De­nis Da­bo, d’autres oi­seaux peuvent mal­gré tout co­lo­ni­ser ces nids ar­ti­fi­ciels : « Nous avons pu consta­ter des ni­chées de sif­fleurs, de foulques ma­croules, de poules d’eau. Nous avons même ob­ser­vé un nid dou­ble­ment ex­ploi­té. Des mouettes rieuses avaient bâ­ti leur construc­tion sur le toit, pen­dant que l’in­té­rieur du tube était oc­cu­pé par un couple de colverts. » À vous de jouer ! Pour ce­la, cons­trui­sez ces nids ar­ti­fi­ciels, en 4 étapes.

1 - Tout le ma­té­riel Ras­sem­blez le ma­té­riel né­ces­saire à la construc­tion du nid. Vous au­rez be­soin d’un mor­ceau de grillage à maille sou­dée (type 10×5 cm) de 2m de long pour 1 m de large. Mu­nis­sez-vous éga­le­ment d’une pince à agrafes, d’une pince cou­pante, d’un pi­quet de sup­port de nid et de foin.

2 - La base Réa­li­sez un cy­lindre de 25/30 cm de dia­mètre en en­rou­lant le grillage sur lui-même et fer­mez le tout à l’aide de la pince à agrafes.

3 - Au tour du foin Dis­po­sez une couche de foin de 10 à 15 cm d’épais­seur sur la par­tie res­tante, et rou­lez le cy­lindre sur lui­même pour em­pri­son­ner le foin entre les deux couches de grillage. Pro­cé­dez en main­te­nant une forte ten­sion pour com­pres­ser le foin. Une fois le cy­lindre rou­lé, fer­mezle à l’aide d’une pince à agrafes.

4 - Ins­tal­la­tion du nid Les nids se­ront pla­cés sur un sup­port, idéa­le­ment en Pvc (tube de 100 mm), si pos­sible de cou­leur sable pour mieux se fondre dans l’en­vi­ron­ne­ment. À dé­faut, il peut être utile de confec­tion­ner une col­le­rette pour évi­ter que des pré­da­teurs ne re­montent dans le nid en grim­pant le long d’un pi­quet de bois qui offre plus de prise aux griffes. Pla­cez le nid bien au-des­sus du ni- veau de l’eau (entre 50 cm et 1 m). Cette pré­cau­tion li­mite le risque de noyade de la ni­chée en cas de fortes pré­ci­pi­ta­tions (orage de prin­temps). Il n’y a au­cune in­quié­tude à avoir concer­nant les ca­nards et ca­ne­tons. « Les ca­nards se posent sur le plan d’eau, puis re­dé­collent pour ren­trer di­rec­te­ment dans le nid. Quant aux ca­ne­tons, nous avons pu consta­ter, par en­re­gis­tre­ment vi­déo, qu’ils sautent du nid à l’eau d’un mètre de hau­teur sans ren­con­trer le moindre pro­blème pour quit­ter dé­fi­ni­ti­ve­ment le nid. »

Une couche de paille, bien tas­sée, est en­ser­rée entre un grillage re­plié sur lui-même et rou­lé. Le tout consti­tue un nid ar­ti­fi­ciel pri­sé des colverts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.