Fnc: com­bats pré­sents et fu­turs

UN PRO­GRAMME DENSE

Connaissance de la Chasse - - Actus & Nouveautés - par Fran­çois-Xa­vier Al­lon­neau

Le ma­tin du con­grès, c’est Di­dier Guillaume, mi­nistre de l’Agri­cul­ture, qui s’est ex­pri­mé à huis clos de­vant les pré­si­dents des Fdc. Fait in­ha­bi­tuel qui nous prive du dis­cours du mi­nistre. Comme d’ailleurs des ana­lyses d’Alain Pe­rea, dé­pu­té de l’Aude et pré­sident du groupe chasse à l’As­sem­blée na­tio­nale, co­au­teur d’un rapport sur les dé­gâts agri­coles (avec Jean-Noël Car­doux,

sé­na­teur du Loi­ret et pré­sident du groupe chasse du Sé­nat), de Me Charles La­gier, avo­cat de la Fnc, et de Thier­ry Coste, conseiller po­li­tique et lob­byiste de la Fnc. Très pro­ba­ble­ment, M. Guillaume au­ra évo­qué deux dos­siers des plus sen­sibles : la peste por­cine afri­caine et les dé­gâts agri­coles. À 14 heures, c’est Sé­bas­tien Le­cor­nu, an­cien se­cré­taire d’État à la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire, qui se dé­pla­ça pour sa­luer ses an­ciens in­ter­lo­cu­teurs de la Fnc. Willy Schraen fe­ra son éloge à la tri­bune, tout comme il fe­ra ce­lui d’Em­ma­nuelle War­gon qui a suc­cé­dé à M. Le­cor­nu. Et Mme War­gon de se fé­li­ci­ter à son tour de sa bonne en­tente avec la Fnc et son pré­sident. À l’is­sue des dé­bats, c’est au tour de Fran­çois de Ru­gy, mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire, d’ex­pli­quer son ap­proche

Le 20 mars, la Fnc or­ga­ni­sait son con­grès. Jo­li tableau de chasse en cette pé­riode pré-élec­to­rale : quatre mi­nistres se sont dé­pla­cés. Tan­dis que Willy Schraen pré­sen­tait, à tra­vers un dis­cours en­thou­siaste et mus­clé, la pour­suite de la ré­forme et la li­ta­nie des com­bats.

pragmatiqu­e des choses. La séance le­vée, il s’at­tar­da avec les re­pré­sen­tants des chas­seurs, tout comme Di­dier Guillaume re­ve­nu les sa­luer. Dans le cadre des élec­tions eu­ro­péennes, les re­pré­sen­tants de De­bout la France, des Ré­pu­bli­cains, du Par­ti com­mu­niste, du Ras­sem­ble­ment na­tio­nal et de la Ré­pu­blique en marche, prirent la pa­role. Mor­ceaux choi­sis du dis­cours du pré­sident de la Fnc. « Notre force est dans notre vision d’une éco­lo­gie pro­gres­siste qui n’est pas en contra­dic­tion avec le res­pect des tra­di­tions. » « Je ne regrette pas une seule se­conde d’avoir conseillé [sur sa page Fa­ce­book, ndlr] aux chas­seurs de ne pas suivre phy­si­que­ment ce mou­ve­ment. En ef­fet, si les causes pou­vaient être justes au dé­mar­rage, la dé­rive po­li­tique qui a sui­vi était, quant à elle, l’oeuvre de per­sonnes qui vou­laient dé­sta­bi­li­ser la Ré­pu­blique. » « Alors oui, je le dis et je ré­pète à qui veut l’en­tendre, que le pré­sident de la Ré­pu­blique Em­ma­nuel Ma­cron a fait plus pour la chasse fran­çaise qu’aucun de ses pré­dé­ces­seurs. » « La ré­forme ne peut se réus­sir qu’avec l’en­semble de ses fé­dé­ra­tions. Si une seule d’entre elles ne de­vait pas trou­ver sa place, ou de­vait se sen­tir fra­gi­li­sée fi­nan­ciè­re­ment ou so­cia­le­ment, alors ce se­rait un échec glo­bal. » « Nous al­lons nous battre et faire front contre ce vieux rêve de nos en­ne­mis po­li­tiques et ad­mi­nis­tra­tifs de vou­loir se dé­bar­ras­ser des chasses tra­di­tion­nelles, mais aus­si d’une autre bête noire de l’ad­mi­nis­tra­tion pro-éco­los, le pié­geage. » « Va-t-on en­fin avoir un paie­ment gé­né­ra­li­sé de tous les ter­ri­toires chas­sables dès lors qu’il y a des dé­gâts ? Nous vou­lons que l’État, les com­munes et bien sûr tous les nou­veaux ob­jec­teurs de conscience cy­né­gé­tique, re­çoivent le même trai­te­ment fi­nan­cier que le nôtre. » « In­utile de se perdre dans l’ar­gu­men­taire : si nous de­vons payer ne se­rait-ce que le moindre bour­geon, alors j’au­rai l’immense hon­neur de vous de­man­der de ne plus rien payer du tout, ni aux agri­cul­teurs, ni aux fo­res­tiers, car nous ne sommes pas des vaches à lait ! »

L’éco­lo­gie pro­gres­siste Gi­lets plu­tôt orange Pré­sident à l’écoute Per­mis à 200 eu­ros Tra­di­tion et pié­geage Dé­gâts : que tous paient Fac­tures fo­res­tières

« Il est im­pé­ra­tif de di­mi­nuer cer­taines po­pu­la­tions de san­gliers, à des en­droits pré­cis et par­fai­te­ment iden­ti­fiés. Il y va de l’avenir de cette es­pèce, mais aus­si de l’avenir fi­nan­cier à court terme de plu­sieurs de nos fé­dé­ra­tions. » « Avec un ac­crois­se­ment moyen de 20 % an­nuel, ce sont bien 100 loups et pas moins qu’il fau­dra do­ré­na­vant pré­le­ver an­nuel­le­ment. » « 2019 reste une an­née ex­cep­tion­nelle où nous n’avons eu à dé­plo­rer que 7 dé­cès dans la pra­tique de la chasse. Ce sont 7 morts de trop, mais en com­pa­rai­son avec les 40 à 50 morts ré­gu­liers il n’y a pas si long­temps que ce­la, je peux vous dire que la chasse fran­çaise fait les ef­forts qu’il faut ! » « Peut-on, dans un État de droit, ac­cep­ter ce genre de dé­fer­le­ment de haine ? Je pense qu’il est du devoir de l’État d’être ga­rant de l’in­té­gri­té so­ciale de tous les Fran­çais, y com­pris de ceux qui pra­tiquent une ac­ti­vi­té lé­gale ru­rale comme les chas­seurs. Il faut se don­ner les moyens de lut­ter contre l’ex­tré­misme et l’in­to­lé­rance qui sont une me­nace pour la vie dé­mo­cra­tique. » « Nous avons pro­po­sé d’uti­li­ser prio­ri­tai­re­ment des ou­tils scien­ti­fiques et tech­niques pour af­fi­ner la chasse et les pré­lè­ve­ments des es­pèces à pro­blème. Per­sonne en Eu­rope, et je dis bien per­sonne, n’avait en­vi­sa­gé qu’un tel ou­til puisse voir le jour, et que ce soient les chas­seurs de France qui le pré­sentent. Cet ou­til, dis­cu­té et en­vi­sa­gé di­rec­te­ment avec l’Ély­sée, a vu le jour sous le nom de ChassA­dapt. C’est un ou­til adap­table à toutes les es­pèces, chas­sables ou non. » « Nous at­ten­drons le ju­ge­ment sur le fond, et je sais que nous avons une vraie chance de l’em­por­ter d’ici quelques mois. » (lire n° 516 d’avril, p. 32)

Ppa : gé­rer mieux Loup : ré­gu­la­tion juste Sé­cu­ri­té ren­for­cée Chas­sons la haine Ges­tion mo­derne Oies : l’es­poir Quid de l’Obf ?

« La fu­sion de l’Oncfs et de l’Afb est éga­le­ment un des points cen­traux de la ré­forme glo­bale de la chasse fran­çaise. Le pas­sage de la loi à l’As­sem­blée na­tio­nale n’est pas par­fait, mais nous avons rec­ti­fié beau­coup de choses, vu la pre­mière ver­sion du texte que les tech­nos du mi­nis­tère nous avaient concoc­tée, sans même nous de­man­der notre avis. Il reste un pas­sage au Sé­nat et en­suite une com­mis­sion mixte paritaire. Le tra­vail se­ra consé­quent jus­qu’au bout, et nous nous bat­trons pour que l’en­semble de nos in­té­rêts soit préservé. » (lire éga­le­ment p. 20)

Nos troupes

« La com­mu­ni­ca­tion et le re­cru­te­ment de nou­veaux chas­seurs doivent être les axes ma­jeurs de tra­vail pour 2020. Les pre­mières ré­flexions ont dé­jà com­men­cé, mais dès sep­tembre, c’est bien l’en­semble des com­mis­sions concer­nées qui vont re­ce­voir des feuilles de route sur ces deux thèmes. »

Ve­nai­son pour tous

« Comment peut-on en­core ac­cep­ter de conti­nuer à voir sur les étals de nos bou­che­ries des produits de ve­nai­son issus de l’im­por­ta­tion, quand on connaît les pré­lè­ve­ments de la chasse fran­çaise en ma­tière de pe­tit et de grand gi­bier ? Nous avons à l’évi­dence lou­pé le coche, et même si vous êtes nom­breux à me­ner des pro­grammes lo­caux sur ce su­jet, il est grand temps d’avoir en­semble une stra­té­gie glo­bale sur la ve­nai­son en France. »

Che­mins ru­raux

« Je crois en ce pro­jet, et en­semble nous al­lons le porter jus­qu’à convaincre l’État, des ré­gions, des in­ter­com­mu­na­li­tés et des com­munes qu’il est un for­mi­dable lien éco­no­mique, éco­lo­gique et so­cial à par­ta­ger. »

Conclusion

« Oui, je crois en notre re­con­quête. Nous avons une carte ex­tra­or­di­naire à jouer dans l’avenir de l’éco­lo­gie à tra­vers la chasse et ses ter­ri­toires ru­raux, mais je ne pour­rai rien faire si nous ne sommes pas unis et fé­dé­rés au­tour d’une Fnc forte et res­pec­tée ! »

Willy Schraen, pré­sident de la Fnc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.