Comme une fleur, nous of­frir

Chan­teur et rap­peur, il a ven­du un mil­lion d’exem­plaires de son bou­le­ver­sant ro­man « Pe­tit Pays ». Et re­vient, une bras­sée de nou­velles chan­sons.

Cosmopolitan (France) - - LE CHOUCHOU - Par Florence Tré­dez

« Il faut voir la vie comme un poème. » Il fait gris sur Pa­ris, on traîne un rhume in­ter­mi­nable, et la phrase de Gaël Faye ap­porte l’ex­quise dou­ceur re­quise. Ce géant – 1,93 m – au corps mince et au sou­rire ac­cueillant ajoute : « Je suis en train de lire une bio­gra­phie de Brel. Eh bien, à chaque tour­nant de son exis­tence, il a tou­jours fait les choses telles qu’il les res­sen­tait. » Le chan­teur­rap­peur-écri­vain fran­cor­wan­dais de 36 ans sait de quoi il parle. Plus jeune, après cinq ans d’études dans la fi­nance et une école de com­merce, il a quit­té brus­que­ment son job dans un fonds d’in­ves­tis­se­ment à Londres pour se lan­cer dans la mu­sique. « J’étais bête et dis­ci­pli­né. Puis je me suis aperçu que ce n’était pas la vie dont je rê­vais. » Les mor­ceaux de son pre­mier album so­lo, sor­ti en 2013, pan­se­ront ses bles­sures à l’âme. Celles dont il parle dans « Pe­tit Pays », son pre­mier ro­man (2016) : l’exil, la sé­pa­ra­tion de ses pa­rents, les guerres au Rwan­da et au Bu­run­di, où il est né. Et ce pre­mier ou­vrage, ven­du à un mil­lion d’exem­plaires, cou­ron­né de nom­breux prix

« Mes car­nets Mo­les­kine que je trim­balle par­tout, et où j’écris des textes. Lorsque je suis dans un ca­fé, à at­tendre quel­qu’un qui est en re­tard, je dé­cris ce que je vois. » Son actu : EP « Des fleurs » (Be­lieve). En concert le 5 décembre à l’Olym­pia, à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.