« Je suis pas­sée de gra­phiste à com­mis de cui­sine »

Une gra­phiste pas­sion­née de cui­sine, ça donne des mis­sions très food. Jus­qu’à ce qu’Éli­sa dé­cide de pas­ser der­rière les four­neaux.

Cosmopolitan (France) - - NOUVEAU CAP - PAR MATHILDE EFFOSSE. PHO­TO FA­BIEN BREUIL.

Ma vie avant

Bac en poche, je com­mence une pré­pa com­merce que j’aban­donne au bout de cinq mois. Un ami de mon père me pro­pose un stage dans son agence de pub : la créa, les shoo­tings… J’adore ! Je change pour une école de pub. Di­plô­mée et pas­sion­née de cui­sine, je trouve sur­tout des clients dans le monde cu­li­naire : pho­tos de res­tau­rants, des­sins de me­nus… Mais, au bout de quelques an­nées, je com­mence à m’en­nuyer : l’ex­ci­ta­tion des dé­buts s’es­souffle, je ne me donne plus à 100 %.

Le dé­clic

À cô­té de mon es­pace de co­wor­king, un bar à vins ouvre.

Je vais voir le pa­tron, je lui de­mande s’il cherche quel­qu’un. « Tu cui­sines ? » Non, mais je suis ar­chi mo­ti­vée. Il me pro­pose un test. Tous les soirs, j’en­lève ma cas­quette de gra­phiste pour cui­si­ner chez lui.

On n’est que deux, je re­çois de vrais cours par­ti­cu­liers ! J’ap­prends à concoc­ter des pâtes mai­son, des saint-jacques gra­ti­nées… Je réa­lise : j’aime la cui­sine plus que le gra­phisme.

Ac­tion !

Ad­mise à l’école Fer­ran­di, pen­dant un an j’ap­prends la cui­sine, la ges­tion d’un res­tau­rant, d’une carte, la comp­ta, l’hy­giène… Pour payer mon loyer, je conti­nue le gra­phisme. J’ai deux for­ma­tions à faire : la pre­mière se passe mal, j’épluche des lé­gumes pen­dant un mois ! Puis la cheffe Cy­bèle Ide­lot m’en pro­pose une dans son res­tau­rant à Bou­logne, qui com­mence… le pre­mier jour du confi­ne­ment. Dé­goû­tée ! Elle a aus­si un do­maine dans les Yve­lines, La Ruche : dé­con­fi­née, j’y bosse trois se­maines. Là, une cheffe amé­ri­caine m’ap­prend énor­mé­ment, et le gra­phisme peut beau­coup m’ai­der pour le dres­sage des as­siettes… Elle me pro­pose de res­ter.

Et main­te­nant ?

Je suis com­mis de cui­sine à La Ruche. Le me­nu change tous les jours se­lon les four­nis­seurs, le po­ta­ger… Je suis sur les amu­se­bouches et les en­trées, mais j’aide aus­si la cheffe sur les plats. Ce que j’adore, c’est faire les pâtes de A à Z et cou­per le pois­son – le cuire, ça me stresse, c’est si dé­li­cat ! Les cui­sines sont en­tou­rées de baies vi­trées qui donnent sur un jar­din, je vais y cher­cher mes herbes. Je suis trop heu­reuse. Mon rêve, ce se­rait de mon­ter un res­to sur un voi­lier, dans les Ca­raïbes, chan­ger la carte en fonc­tion de ce que je trouve… Am­bi­tieux, mais mon par­cours m’a ap­pris une chose : tout est pos­sible !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.