“J’AI EF­FEC­TUÉ UNE VEILLE POUS­SÉE DU SEC­TEUR avant de me lan­cer”

An­cienne in­gé­nieure in­for­ma­tique tra­vaillant no­tam­ment à la Banque de France, Ra­dia Ayad se lance à son compte en 2013 dans le do­maine de la e-re­pu­ta­tion dé­diée aux en­tre­prises. Au dé­part, l’en­tre­pre­neure vi­sait une clien­tèle éga­le­ment de par­ti­cu­liers mai

Courrier Cadres - - SUPPLÉMENT CRÉATION D’ENTREPRISE -

C’est en al­lant aux États-Unis en 2007 que Ra­dia Ayad

dé­couvre le mar­ché de la e-ré­pu­ta­tion. “Un sec­teur très dé­ve­lop­pé outre-At­lan­tique, in­dique-t-elle. Je me suis dit qu’il pou­vait être in­té­res­sant de pro­po­ser en France une so­lu­tion ac­ces­sible pour tous, tant pour les grosses so­cié­tés que pour les pe­tites en­tre­prises (PME, PMI, TPE) mais aus­si les par­ti­cu­liers.” À l’époque, Ra­dia Ayad est sa­la­riée, en tant qu’in­gé­nieur in­for­ma­tique à la Banque de France. Elle com­mence à se pen­cher sur son pro­jet et créer sa société, Ere­pu­ta­tion de­fen­der, en 2015.

SE FO­CA­LI­SER SUR LES PE­TITES STRUC­TURES

Si l’idée de dé­part de Ra­dia Ayad était de s’adres­ser à une cible de pro­fes­sion­nels et de par­ti­cu­liers, elle s’est ra­pi­de­ment ren­du compte, lors de son étude de mar­ché, que ce­la se­rait plus com­pli­qué

que pré­vu. “L’offre par­ti­cu­lier al­lait être dif­fi­cile à mettre en place car de grosses struc­tures étaient dé­jà pré­sentes et il était dif­fi­cile de pro­po­ser une offre dif­fé­ren­ciante, ana­lyse Ra­dia Ayad. Même chose pour les grandes en­tre­prises qui ont les moyens de payer des agences qui gèrent leur e-ré­pu­ta­tion.” Sur ce constat, l’en­tre­pre­neure s’est fo­ca­li­sée sur les pe­tites en­tre­prises afin de leur pro­po­ser quatre ser­vices (au­dit de la vi­si­bi­li­té de leur e-ré­pu­ta­tion; ser­vice de com­mu­ni­ty ma­na­ge­ment, des ate­liers de for­ma­tion pra­tique et des in­ter­ven­tions ponc­tuelles de sup­pres­sion de conte­nu). “Je vou­lais of­frir aux pe­tites en­tre­prises la même force de frappe qu’aux plus grandes, avec les mêmes mé­thodes mais à un coût ac­ces­sible”, in­dique Ra­dia Ayad.

UN TRA­VAIL DE LONGUE HA­LEINE

Af­fi­ner sa cible fut un vaste chan­tier pour la créa­trice d’en­tre­prise puis­qu’elle a ef­fec­tué son étude de mar­ché du­rant trois ans. “J’étais en­core sa­la­riée à l’époque. Je fai­sais donc ce­la sur mon temps libre”, pré­cise Ra­dia Ayad. Une du­rée pen­dant la­quelle l’en­tre­pre­neure a

ef­fec­tué une ana­lyse pous­sée de la concur­rence. “Il a fal­lu étu­dier l’en­semble du mar­ché eu­ro­péen pour dé­tec­ter la bonne cible. J’ai fait une veille as­sez longue du sec­teur avant de me lan­cer, se rap­pelle

Ra­dia Ayad. Si l’idée a com­men­cé à ger­mer dans mon es­prit dès 2007, j’ai pris la dé­ci­sion de me lan­cer en 2013 et j’ai créé mon ac­ti­vi­té l’an­née der­nière.”

RA­DIA AYAD, co-fon­da­trice de ERe­pu­ta­tion de­fen­der Ra­dia Ayad a lan­cé son en­tre­prise en 2015 après plu­sieurs an­nées à ré­flé­chir sur son pro­jet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.