Les am­bi­tieux

Courrier Cadres - - ÉDITORIAL -

“Qua­li­fier une per­sonne d’am­bi­tieuse est un re­proche dis­si­mu­lé, mais dire de cette même per­sonne qu’elle n’a au­cune am­bi­tion est une cri­tique af­fi­chée.” C’est avec cette for­mule que San­dra Le Grand et Éve­lyne Plat­nic-Co­hen ouvrent leur ou­vrage #am­bi­tion (re­trou­vez notre en­tre­tien page 12).

Dans l’Hexa­gone, der­rière ce mot, on en­tend sou­vent en écho la re­cherche de gloire, la va­ni­té, l’égoïsme et l’ab­sence de scru­pules. Mais ja­mais la re­cherche de sens.

Et si être am­bi­tieux était tout sim­ple­ment être soi-même, se réa­li­ser ? Que l’on cherche à dé­ve­lop­per une start-up, en­sei­gner aux jeunes gé­né­ra­tions, s’in­ves­tir dans l’hu­ma­ni­taire, ou bien éle­ver des chèvres dans le Lar­zac.

Et s’il s’agis­sait de tout mettre en oeuvre pour res­sem­bler le plus pos­sible à la per­sonne que nous sommes dans nos rêves ? En re­tour­nant pour­quoi pas sur les bancs de l’école (lire notre dos­sier consa­cré aux MBA, mas­ters et mas­tères spé­cia­li­sés page 30).

Ar­rê­tons de li­mi­ter l’am­bi­tion à la vo­lon­té de se voir “en haut de l’af­fiche”, avec son nom “en dix fois plus gros que n’im­porte qui”, ou en­core “d’être adu­lé et riche”. Pour un ma­na­ger, elle peut très bien s’ac­com­plir dans l’épa­nouis­se­ment des équipes. Être am­bi­tieux, c’est avant tout al­ler au bout de soi-même, en gar­dant le cap.

Et vous, ose­rez-vous dé­sor­mais crier haut et fort vos am­bi­tions ?

“Ar­rê­tons de li­mi­ter l’am­bi­tion à la vo­lon­té de se voir ‘en haut de l’af­fiche’.”

Aline GÉ­RARD, ré­dac­trice en chef.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.