Flotte au­to : Les mo­to­ri­sa­tions s’élec­trisent

Courrier Cadres - - SOMMAIRE - Par Ca­mille Pi­net.

Si les zé­la­teurs des mo­to­ri­sa­tions élec­tri­fiées ont long­temps es­pé­ré que les flottes s’y conver­tissent, le mou­ve­ment a été plu­tôt lent à s’en­clen­cher. Ces der­niers mois, l’élar­gis­se­ment de l’offre et le scan­dale du Die­sel ont ce­pen­dant ren­ver­sé la ten­dance.

Dé­ci­dé­ment, le scan­dale du Die­sel n’en fi­nit pas de trans­for­mer le pe­tit monde au­to­mo­bile. Après avoir en­cou­ra­gé les par­ti­cu­liers à pas­ser à l’es­sence, voi­ci qu’il est en passe de chan­ger du­ra­ble­ment la phy­sio­no­mie du parc rou­lant des en­tre­prises. Certes, en 2017, ce car­bu­rant si dé­crié est bien res­té le pre­mier et de loin avec près de trois quarts des ventes. Mais sa do­mi­na­tion s’érode de plus en plus ra­pi­de­ment au pro­fit de l’es­sence bien sûr mais aus­si des hy­brides et élec­triques, qui consti­tuaient à eux deux plus de 5 % des ventes aux flottes cette an­née. Bien sûr, le chiffre peut pa­raître mo­deste, mais il prend une tout autre am­pleur lorsque l’on consi­dère la pro­gres­sion des im­ma­tri­cu­la­tions, de 36,51 % pour les hy­brides et de 48,26 % pour les élec­triques ! Les mal­heurs du Die­sel ne sont bien sûr pas seuls en cause dans ce phé­no­mène. Mais ils ont dé­clen­ché une prise de conscience dans les en­tre­prises. Marc Laurent, di­rec­teur Pri­cing et Va­leurs Tech­niques chez le loueur ALD Au­to­mo­tive, pré­cise : “Nos clients se posent de plus en plus la ques­tion. Au­pa­ra­vant, le choix se por­tait presque ex­clu­si­ve­ment sur le Die­sel sans réelle ré­flexion. Au­jourd’hui pour les faibles ki­lo­mé­trages, l’es­sence re­vient en force mais aus­si les mo­to­ri­sa­tions élec­tri­fiées. Chez nous, les com­mandes d’hy­brides ont été mul­ti­pliées par trois en un an, et celles de vé­hi­cules élec­triques ont aug­men­té de 60 %”. Un mou­ve­ment que les loueurs longue du­rée en­cou­ragent. “Pour mieux conseiller nos clients, nous avons mis en place un site In­ter­net qui leur per­met de choi­sir le bon type de mo­to­ri­sa­tion en fonc­tion de leur usage et leur ki­lo­mé­trage”, pour­suit Marc Laurent.

DES MO­DÈLES PLUS PERFORMANTS

On s’en doute, les an­nonces concer­nant l’in­ter­dic­tion du Die­sel dans cer­taines villes, voire du

mo­teur ther­mique, pèsent dans la ba­lance. “Pour l’ins­tant, nous ne connais­sons pas d’exemple de flottes qui ont bas­cu­lé à l’hy­bride ou l’élec­trique pour cette rai­son uni­que­ment. Mais les en­tre­prises qui opèrent spé­ci­fi­que­ment en mi­lieu ur­bain s’y in­té­ressent par­ti­cu­liè­re­ment, y com­pris sur les uti-

LESANNONCES CONCER­NANT L’ IN­TER­DIC­TION DU DIE­SEL DANS CER­TAINES VILLESPÈSENT DANSLABALANCE

li­taires. C’est le cas des spé­cia­listes de la li­vrai­son du der­nier ki­lo­mètre”, pré­cise Da­mien Cha­lon, ré­dac­teur en chef ad­joint d’Au­to­mo­bile et l’Entre

prise. L’aug­men­ta­tion des com­mandes de vé­hi­cules élec­tri­fiés est d’abord liée à une offre plus large. C’est par­ti­cu­liè­re­ment vrai en ce qui concerne les vé­hi­cules élec­triques, dont cer­tains mo­dèles pro­posent dé­sor­mais des au­to­no­mies su­pé­rieures à 250 km réels, contre moins de 100 km voi­ci cinq ans. Marc Laurent ex­plique : “L’au­to­no­mie res­treinte des pre­miers mo­dèles po­sait des pro­blèmes à nos clients. Au­jourd’hui, avec les nou­veau­tés ré­centes, ils peuvent en­vi­sa­ger des usages beau­coup moins contraints”. En France, une voi­ture do­mine de la tête et des épaules le mar­ché des élec­triques : la Re­nault Zoé, dont les ventes ont connu une forte pro­gres­sion de­puis l’ap­pa­ri­tion de la ver­sion 400 à au­to­no­mie ren­for­cée. “Les autres mo­dèles du mar­ché ont un peu plus de mal, mais ce­la pour­rait bien chan­ger avec l’ap­pa­ri­tion cette an­née de nou­veau­tés im­por­tantes à com­men­cer par la deuxième gé­né­ra­tion de Nis­san Leaf, la

voi­ture élec­trique la plus ven­due du monde”, ajoute Da­mien Cha­lon. Elle n’est pas la seule : de­vant l’obli­ga­tion im­po­sée par l’Eu­rope de di­mi­nuer leurs émis­sions, les construc­teurs phos­phorent. On at­tend ain­si en 2018 l’Opel Am­pe­ra E et la Tes­la Mo­del 3, et l’an­née pro­chaine de nom­breux mo­dèles fran­çais et al­le­mands. Non concer­nés par les pro­blé­ma­tiques d’au­to­no­mie, les mo­dèles hy­brides sont bien sûr plus po­pu­laires que les élec­triques en en­tre­prise. D’au­tant

qu’ils de­viennent réel­le­ment com­pé­ti­tifs en ma­tière de coût d’uti­li­sa­tion par rap­port aux Die­sel, en tout cas pour les ki­lo­mé­trages an­nuels in­fé­rieurs à 20 000 km. “Les TCO (To­tal Cost of Ow­ner­ship) des Die­sel et des hy­brides es­sence ont une évo­lu­tion contraire. La va­leur ré­si­duelle des pre­miers com­mence à di­mi­nuer quand celle des deuxièmes aug­mente. De plus la fiscalité leur est de plus en plus fa­vo­rable no­tam­ment grâce à la ré­cu­pé­ra­tion de TVA dé­sor­mais au­to­ri­sée sur ce car­bu­rant. En­fin, les loueurs en­cou­ragent leurs clients à choi­sir ces mo­to­ri­sa­tions, car la re­vente des mo­dèles Die­sel à la fin de leur pé­riode de lo­ca­tion est

moins fa­cile”, ob­serve Da­mien Cha­lon. Pour les en­tre­prises, la fiscalité des hy­brides reste en ef­fet avan­ta­geuse, même si elle a été dur­cie pour 2018 (lire notre nu­mé­ro de fé­vrier-mars). Là en­core, c’est un construc­teur qui tire son épingle du jeu sur notre mar­ché : Toyo­ta, dont la Ya­ris hy­bride est de loin la plus po­pu­laire au­près des flottes. Pour l’ins­tant, ce sont les non re­char­geables qui raflent la mise, pour des rai­sons évi­dentes de coûts, les mo­dèles re­char­geables étant plu­tôt l’apa­nage des voi­tures de di­rec­tion. On le voit, les flottes prennent peu à peu le tour­nant de l’élec­tri­fi­ca­tion. Pour au­tant, il ne faut pas ima­gi­ner un grand rem­pla­ce­ment des mo­dèles ther­miques à court terme : avec un ki­lo­mé­trage moyen an­nuel de 30 000 km par vé­hi­cule, elle ne pour­ront pas se pas­ser de ga­zole avant long­temps. La pre­mière al­ter­na­tive reste en­core pour elles l’es­sence, qui consti­tuait 20 % des ventes en 2017.

La Re­nault Zoé reste, et de loin, la voi­ture élec­trique la plus ven­due en France, y com­pris au­près des flottes.

La Toyo­ta Ya­ris est en tête des ventes d’hy­brides aux en­tre­prises.

Nis­san Leaf deuxième gé­né­ra­tion a réus­si son lan­ce­ment com­mer­cial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.