Name-drop­pez

Courrier Cadres - - REMUE-MÉNINGES -

Mo­bi­li­sez donc votre car­net d’adresses jus­qu’à épui­se­ment. “Bon­jour, on s’est croi­sés chez Pierre Mar­tin (“croi­sés” en­core…), vous avez le bon­jour de Jean-Marc D. dont je crois vous connais­sez in­ti­me­ment l’épouse ( la classe) qui fut res­pon­sable des achats quand j’étais sta­giaire à la di­vi­sion trans­port. Mes ami­tiés à votre cou­sin avec qui j’ai fait l’Es­sec ( si votre cible a une li­cence d’his­toire, ça peut heur­ter) et bonne conti­nua­tion ( Pan !)”. Le name-drop­peur est très gen­til car il aime les gens, sin­cè­re­ment. Son pro­blème, c’est qu’il confond le bot­tin avec l’ap­proche di­recte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.