Pa­roles D’ÉLE­VEURS

Gaël et Jean-Yves Lor­gueilleux à Mé­zières-sur-Coues­non

Cuisine et Vins de France - - NEWS GOURMANDES -

Comment s’est pas­sée votre conver­sion ?

Nous avons pris conscience qu’il fal­lait faire évo­luer l’agri­cul­ture face aux dé­fis en­vi­ron­ne­men­taux à ve­nir. En 2015, on a dé­ci­dé de fran­chir le pas et de se conver­tir au Bio. Pré­sident nous a alors ac­com­pa­gnés avec une prime pen­dant les 2 ans de conver­sion. Leur tech­ni­cien lai­tier est ve­nu au­di­ter l’ex­ploi­ta­tion avant la conver­sion. Il nous a aus­si mis en re­la­tion avec des spé­cia­listes du Bio qui nous ont don­né des conseils sur l’ali­men­ta­tion de nos vaches et les ra­tions à leur don­ner. Cer­ti­fiés Bio de­puis dé­cembre 2017, nous sommes fiers du che­min par­cou­ru !

Quels sont les dé­fis à re­le­ver pour réus­sir sa conver­sion ?

On doit être prêts à tra­vailler en au­to­no­mie et nour­rir nos bêtes avec nos propres four­rages. Il faut aus­si oeu­vrer sur le choix des races, pour re­ve­nir à des vaches plus rus­tiques, mieux adap­tées aux pâ­tu­rages comme la jer­siaise. Tout en main­te­nant la san­té du trou­peau et la qua­li­té du lait, ce qui n’est pas une mince af­faire !

Quels sont vos ob­jec­tifs ?

Nous al­lons conti­nuer à tra­vailler sur le bie­nêtre de nos bêtes en re­grou­pant nos terres autour de l’étable pour évi­ter aux vaches de par­cou­rir de trop longues dis­tances, ce qui les fa­tigue. D’un point de vue per­son­nel, notre prio­ri­té est de conser­ver une ex­ploi­ta­tion à taille hu­maine et fa­mi­liale. Mon épouse va d’ailleurs rem­pla­cer mon père l’an­née pro­chaine quand il par­ti­ra à la re­traite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.