SANDAYA

Décisions - - Actualites -

Po­si­tion­né sur le cré­neau des cam­pings à très forte ca­pa­ci­té d’ac­cueil et clas­sés 4 et 5 étoiles, le groupe Sandaya ac­cé­lère sa crois­sance et pré­voit de pro­po­ser un pa­nel d’un mi­ni­mum de 30 des­ti­na­tions d’ici 2021. Un dé­ve­lop­pe­ment qui s’ac­com­pagne d’un plan de com­mu­ni­ca­tion plus au­da­cieux pour ga­gner en vi­si­bi­li­té au­près du grand pu­blic. En deux ans, le groupe Sandaya a ajou­té à son ca­ta­logue six nou­veaux cam­pings, pro­po­sant ain­si pour la sai­son 2018 pas moins de 17 des­ti­na­tions. À ces six cam­pings, il faut aus­si ajou­ter deux mo­di­fi­ca­tions de taille opé­rées en 2017 par­mi les des­ti­na­tions his­to­riques de Sandaya, à sa­voir l’agran­dis­se­ment du Blue Bayou dans l’Hé­rault et du cam­ping de Sou­lac en Gi­ronde avec le rat­ta­che­ment pour cha­cun du cam­ping voi­sin. Le Blue Bayou of fre dé­sor­mais une ca­pa­ci­té d’ac­cueil de plus de 600 em­pla­ce­ments et ce­lui de Sou­lac près de 770 em­pla­ce­ments. Sandaya a éga­le­ment fait l’ac­qui­si­tion d’un autre ter­rain, le cam­ping de la Bosse sur l’Île de Noir­mou­tier, une struc­ture de 350 em­pla­ce­ments qui ne mé­rite pas en­core d’ar­bo­rer les cou­leurs du groupe, son ni­veau d’équi­pe­ment étant pour le mo­ment trop en dé­ca­lage avec le stan­ding exi­gé par Sandaya.

Grands cam­pings haut clas­sés

Car de­puis sa créa­tion en 2010, Sandaya dé­ve­loppe son ac­ti­vi­té sur un mo­dèle pré­cis: une offre de sé­jours dans des très grands cam­pings clas­sés 4 et 5 étoiles. L’offre se veut haut de gamme avec sys­té­ma­ti­que­ment des équi­pe­ments aqua­tiques, et cible une clien­tèle eu­ro­péenne es­sen­tiel­le­ment fa­mi­liale. « De ce fait, nous choi­sis­sons nos des­ti­na­tions prin­ci­pa­le­ment sur les côtes lit­to­rales et dans les ré­gions à l’intérieur des terres qui bé­né­fi­cient d’un fort tro­pisme tou­ris­tique comme la Dor­dogne », pré­cise Fran­çois George, pré­sident et fon­da­teur avec Xavier Guil­bert, de Sandaya, marque de la hol­ding Aca­pace. C’est en ef­fet dans ce dé­par­te­ment que le groupe vient de po­ser un pied avec l’ac­qui­si­tion en avril du cam­ping Les Pé­ney­rals, à ce jour le plus pe­tit des des­ti­na­tions Sandaya avec 228 em­pla­ce­ments. Pour 2018, la chaîne com­mer­cia­lise ain­si près de 8200 em­pla­ce­ments dont 60 % de lo­ca­tifs. Le pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment est de 150 mil­lions d’eu­ros pour un chiffre d’af­faires qui a frô­lé les 40 mil­lions d’eu­ros en 2017, un chiffre que le groupe pré­voit de dou­bler d’ici 2019 avec l’ac­qui­si­tion de nou­veaux cam­pings en France et à l’étran­ger.

Sou­tien fi­nan­cier des ac­tion­naires

Il se pour­rait en ef fet que l’on ap­prenne avant la sai­son l’iden­ti­té d’au moins un cam­ping sup­plé­men­taire qui vien­drait en­ri­chir l’offre pour 2019. Sandaya compte pro­po­ser un mi­ni­mum d’une tren­taine de des­ti­na­tions d’ici 2021. « Au­jourd’hui les coûts de com­mer­cia­li­sa­tion aug­mentent, et si on veut les amor­tir, il faut se dé­ve­lop­per et aug­men­ter le chiffre d’af faires » , ré­sume Fran­çois Georges. De­puis sa créa­tion, Sandaya en­re­gistre une aug­men­ta­tion de son CA de l’ordre de 35 % par an. « Une né­ces­si­té ! » in­siste le pré­sident de Sandaya qui dé­ve­loppe son en­tre­prise avec le concours fi­nan­cier de plu­sieurs par­te­naires dont Apax Part­ners, prin­ci­pal ac­tion­naire de­puis deux ans. « Tous nos par te­naires nous ac­com­pagnent avec confiance sur le mo­dèle qui est le nôtre, à sa­voir le choix d’of­frir des sé­jours de va­cances fa­mi­liales dans de gros cam­pings d’un ni­veau de qua­li­té 4 et 5 étoiles. Quant à notre ac­tion­naire Apax Part­ners, il prio­rise le dé­ve­lop­pe­ment de notre offre, sa di­gi­ta­li­sa­tion et son in­ter­na­tio­na­li­sa­tion », pré­cise Fran­çois Georges. Le groupe a ef­fec­ti­ve­ment mis en place un plan d’ac­cé­lé­ra­tion di­gi­tale et dis­pose dé­sor­mais d’un site beau­coup plus per­for­mant, équi­pé no­tam­ment du CRM de Se­quoia­soft. L’équipe aus­si se ren­force avec au­jourd’hui un peu plus de 70 sa­la­riés au siège. Après l’em­bauche ré­cente d’une di­rec­trice ad­mi­nis­tra­tive et fi­nan­cière, Sandaya comp­te­ra bien­tôt un di­rec­teur des ex­ploi­ta­tions. Au-de­là de son dé­ve­lop­pe­ment, Sandaya prend à bras-le-corps la ques­tion de sa no­to­rié­té. « À ce jour, la vi­si­bi­li­té de notre marque est très faible. Celle- ci a été créée en 2011 et comme toute en­seigne, elle a be­soin de temps. Mais à par­tir de cette an­née, nous l’y ai­dons avec un plan mé­dias qui se dé­roule de­puis fin mars jus­qu’à la mi-juillet », pré­cise JeanYves Chal­lies, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint en charge du com­mer­cial et du mar­ke­ting. Sandaya s’ins­pire de la chan­son du gé­né­rique du film Les Gen­darmes de Saint-Tro­pez, qui de­vient « Do you, do you Sandaya ? », un mes­sage simple sur une mé­lo­die connue et re­con­nue qui ac­com­pagne pen­dant 8 se­condes les deux spots té­lé­vi­suels de la marque. Il s’agit d’une cam­pagne réa­li­sée uni­que­ment en spon­so­ring sur les chaînes TV de M6 et TF1 et leurs chaînes TNT as­so­ciées. « C’est la pre­mière fois que l’on fait un tel plan mé­dias. Mais en 2019, nous comp­tons bien mon­ter en puis­sance » , an­ti­cipe Fran­çois Georges. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.