LE DO­MAINE ECÔTELIA

Au coeur du Sud Gi­ronde, le do­maine EcÔtelia, crée par Oli­vier Clerc, offre des hé­ber­ge­ments in­so­lites des quatre coins du monde pour faire voya­ger ses clients sur un même lieu – avec en toile de fond un vé­ri­table en­ga­ge­ment éco­lo­gique.

Décisions - - Sommaire -

RECRÉÉ LES CINQ CONTI­NENTS

On sillonne les routes du vi­gnoble de Sau­ternes pour ar­ri­ver au lieu-dit Tau­zin, au Ni­zan, où est ins­tal­lé le do­maine EcÔtelia, unique en France. Sur près de dix hec­tares, entre prai­ries et fo­rêts, se nichent 23 hé­ber­ge­ments in­so­lites ins­pi­rés – ou pro­ve­nant di­rec­te­ment – de ceux exis­tants sur les cinq conti­nents de la pla­nète: yourte, rou­lotte tzi­gane, tente ma­ro­caine… Oli­vier Clerc, jeune tren­te­naire, a fait le pa­ri de créer ce do­maine en par­tant de zé­ro, et en y in­té­grant une forte di­men­sion éco­lo­gique. « J’ai fait une école de com­merce dans le but de créer ma propre en­tre­prise. Les cours sur le dé­ve­lop­pe­ment du­rable m’ont pro­fon­dé­ment in­té­res­sé. J’ai réa­li­sé mon mé­moire de fin d’études sur le tou­risme du­rable, ce qui m’a per­mis de dé­cou­vrir des pistes, des op­por­tu­ni­tés. Je vou­lais faire quelque chose d’in­no­vant, qui n’exis­tait pas. À cette époque, en 2010, on voyait peu d’hé­ber­ge­ments in­so­lites. Pe­tit à pe­tit, le concept des hé­ber­ge­ments tra­di­tion­nels au­tour du monde est né. Et il était évident pour moi de créer un site ver­tueux sur le plan en­vi­ron­ne­men­tal – tout en ayant en tête les contraintes éco­no­miques liées à l’ex­ploi­ta­tion d’une af­faire » ra­conte-t-il. Le jeune en­tre­pre­neur a dû se mon­trer dé­ter­mi­né et sur­mo­ti­vé pour me­ner à bien son pro­jet. Sept an­nées à temps plein au­ront été né­ces­saires avant de pou­voir en­fin ou­vrir le do­maine EcÔtelia (une marque qu’il a dé­po­sée) en no­vembre 2014. Après avoir éla­bo­ré le concept et le mo­dèle éco­no­mique, il a fal­lu dé­ter­mi­ner un lieu d’im­plan­ta­tion. Ori­gi­naire de Mar­seille, Oli­vier Clerc a fait ses études à Pa­ris et à Tours, et n’avait pas de des­ti­na­tion de pré­di­lec­tion. Il a donc dé­fi­ni une grille de cri­tères pour éva­luer chaque ré­gion. Le sud de la Gi­ronde s’est ré­vé­lé le plus pro­pice à la concré­ti­sa­tion de son pro­jet. Entre les châ­teaux, les vi­gnobles pres­ti­gieux, les vil­lages co­quets, les ac­ti­vi­tés spor­tives di­verses et le tou­risme vert, les atouts ne man­quaient

pas. Il est ve­nu ren­con­trer les col­lec­ti­vi­tés, les élus pour trou­ver un ter­rain et le sou­tien de com­munes qui ac­cep­te­raient de le suivre. Le ter­rain du fu­tur do­maine n’était pas construc­tible. Deux ans de tra­vail avec di­vers ser­vices de l’État ont été né­ces­saires pour chan­ger sa clas­si­fi­ca­tion en construc­tible. Deux autres an­nées se sont écou­lées pour ob­te­nir un per­mis d’amé­na­ge­ment. « Toutes ces dé­marches re­pré­sentent du temps de « com­bat » et ont un coût car il faut faire ap­pel à des avo­cats, etc. Ce n’est pas éton­nant qu’il y ait si peu de créa­tions de cam­pings en France » sou­ligne Oli­vier Clerc. Res­tait en­suite à con­vaincre les banques de fi­nan­cer l’in­ves­tis­se­ment. Sur un to­tal de 1,2 mil­lion eu­ros, les banques lui ont ac­cor­dé 850000 eu­ros. Le pro­jet a bé­né­fi­cié de sub­ven­tions de la Ré­gion et du Dé­par­te­ment, et Oli­vier Clerc a ras­sem­blé le reste des fonds en dé­mar­chant des in­ves­tis­seurs pri­vés, ain­si que ses proches par le biais de la mé­thode « Love Mo­ney » – qui for­ma- lise l’acte et per­met aux contri­bu­teurs de bé­né­fi­cier de ré­duc­tions d’im­pôts. La par­tie tra­vaux, sur sept mois, a été la plus ra­pide du pro­jet.

Des hé­ber­ge­ments qui font voya­ger

Par­tant d’un ter­rain vierge, il était né­ces­saire de le rac­cor­der aux ré­seaux d’eau, d‘élec­tri­ci­té, de tra­cer les che­mins, en tou­chant le moins pos­sible à l’en­vi­ron­ne­ment. D’ailleurs, au­cun arbre n’a été cou­pé. Les hé­ber­ge­ments, qui consti­tuent en­vi­ron la moi­tié de l’in­ves­tis­se­ment, ont été as­sem­blés sur place. Le do­maine to­ta­lise au­jourd’hui 23 hé­ber­ge­ments de 12 ca­té- go­ries dif­fé­rentes, ré­par­tis sur cinq zones re­pré­sen­tant les cinq conti­nents. Cer­tains sont fa­bri­qués en France sur me­sure, en bois. Dans la par­tie Europe par exemple, où des tra­di­tions lo­cales sont re­pré­sen­tées, les deux ca­banes dans les arbres Pa­lom­bière (2/5 per­sonnes) ont été construites par Nid­per­ché en Dor­dogne. Les deux oe­no­lodges (2/4 per­sonnes) ont, elles, été conçues dans le Beau­jo­lais avec des es­sences d’arbres lo­cales. Cha­cune est équi­pée d’un spa pri­va­tif, d’une cui­sine et d’une cave à vin. Dans cette zone, on trouve éga­le­ment deux rou­lottes vi­ti­coles (2/4 per­sonnes, cui­sine) en forme de ton­neau, réa­li­sées par Ro­bust Loi­sirs ; deux châ­teaux dans les arbres (2/4 per­sonnes), avec tou­relle et es­ca­lier en co­li­ma­çon ; une au­then­tique rou­lotte tzi­gane (2/4 per­sonnes, cui­sine) fa­bri­quée en Rou­ma­nie par des ar­ti­sans ; et deux pods pour 2 per­sonnes. Sur la par­tie Amé­rique, des ar­ti­sans fus­tiers ont bâ­ti les deux ca­banes de trap­peur (2/4 per­sonnes – dont une avec bain nor­dique) se­lon les tra­di­tions d’Amé­rique du Nord. Sur l’es­pace Asie, l’en­tre­prise Nid­per­ché a éga­le­ment réa­li­sé la nou­veau­té de l’an­née : une ca­bane sur pi­lo­tis ins­pi­rée des temples asia­tiques (jus­qu’à 6 per­sonnes), équi­pée d’un bain nor­dique pri­va­tif sur la ter­rasse. Re­cher­chant des hé­ber­ge­ments au­then­tiques et tra­di­tion­nels, Oli­vier Clerc a im­por té de vé­ri­tables your tes ain­si que du mo­bi­lier de Mon­go­lie. Ces quatre yourtes (2/6 per­sonnes) à l’in­té­rieur co­lo­ré sont si­tuées sur la zone Asie. « L’Océa­nie » compte trois tentes sa­fa­ri ( 2/ 5 per­sonnes, cui­sine) re­pré­sen­tant des ca­banes de pê­cheurs sur pi­lo­tis, avec car­re­let ! Et sur l’es­pace Afrique, deux tentes « caï­dale » (2/6 per­sonnes) ar­rivent du Ma­roc, où elles sont uti­li­sées lors des ma­riages. Lit à bal­da­quin, grande ban­quette ty­pique… l’in­té­rieur fait aus­si voya­ger les clients. Mêmes les nom­breuses plan­ta­tions au­tour des lo­ge­ments re­flètent le conti­nent au­quel ils sont rat­ta­chés : bam­bous, pal­miers… « Tous les hé­ber­ge­ments sont dé­mon­tables, sans fon­da­tions. Ils sont iso­lés et chauf­fés, à l’élec­tri­ci­té ou au gaz, pour ou­vrir toute l’an­née. Cha­cun bé­né­fi­cie d’un confort mo­derne (eau, élec­tri­ci­té, équi­pe­ments) et d’une in­ti­mi­té, sans vis- à- vis di­rect » dé­taille Oli­vier Clerc.

Ce temple asia­tique, avec bain pri­va­tif sur la ter­rasse, est la nou­veau­té 2018 du Do­maine.

Les tentes « caï­dale », du Ma­roc, sont meu­blées de fa­çon ty­pique.

Sept ans de tra­vail achar­né ont été né­ces­saires à Oli­vier Clerc pour ou­vrir le do­maine EcÔtelia.

Le Do­maine EcÔtelia***, Le Ni­zan (33)

L’eau de la pis­cine est fil­trée par les plantes, ce qui évite l’uti­li­sa­tion de pro­duits chi­miques.

Les oe­no­lodges, sur la thé­ma­tique du vin, sont équi­pées d’une cave à vin… et d’un spa.

Avec sa tou­relle, le châ­teau dans les arbres est un en­droit rê­vé pour les en­fants…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.