Un bon la­vage pour ré­gler le pro­blème des bac­té­ries et des infections

Décisions - - Equipement -

Plus de 90 % des gens ne se lavent pas les mains cor­rec­te­ment. Se la­ver les mains est un geste du quo­ti­dien sou­vent sous-es­ti­mé par le grand pu­blic qui n’est pas tou­jours cons­cient de son im­por­tance. Pour­tant, se la­ver les mains consti­tue l’une des me­sures les plus ef­fi­caces pour pré­ve­nir les infections. Le risque de contrac­ter une ma­la­die res­pi­ra­toire ou in­tes­ti­nale peut être ré­duit de 25 à 50 % par une meilleure ap­pli­ca­tion de quelques règles simples. Qu’est-ce qu’un bon la­vage des mains ? Se la­ver cor­rec­te­ment les mains, c’est ap­pli­quer les bons gestes avec… juste de l'eau et du sa­von! Se la­ver la paume, le dos de la main, les doigts et leurs in­ter­stices de ma­nière as­sez éner­gique. Faire du­rer le la­vage de 30 à 60 se­condes. Rin­cer à l’eau claire et si pos­sible tiède.

Sèche-mains à air pulsé : un coût de fonc­tion­ne­ment ré­duit

La marque a éga­le­ment re­cou­vert ses sèche-mains d’une pein­ture hy­gié­nique spé­ciale, un re­vê­te­ment qui évite la pro­li­fé­ra­tion des bac­té­ries et se net­toie d’un coup de chif­fon. Car les bac­té­ries se nichent aus­si sur les ap­pa­reils comme sur les dis­tri­bu­teurs de pa­pier d’ailleurs. Dy­son a sor ti avant l’été une gamme Wash and Dry où l’on peut se la­ver et se sé­cher les mains au même en­droit sans lais­ser au­cune goutte d’eau au sol. Outre l’hy­giène, les sèche-mains à air pulsé sont éga­le­ment vi­li­pen­dés pour le bruit gé­né­ré par le souf fle qu’ils im­pulsent. Des toi­lettes trop près d’une salle de res­tau­rant et le dî­ner peut vite prendre des al­lures de cau­che­mars. Là en­core, les in­gé­nieurs acous­ti­ciens de Dy­son tra­vaillent sur le su­jet et ont dé­jà ré­duit le bruit de 35 % sur les nou­veaux équi­pe­ments par rap­port aux der­nières ver­sions. À l’évi­dence, un sèche-mains à air pulsé s’ins­talle à un en­droit où le bruit ne se­ra pas un han­di­cap. Car l’équi­pe­ment, même s’il est poin­té du doigt, re­cèle aus­si de nom­breux avan­tages. Une fois fixé au mur, le sèche-mains ne de­mande que peu de main-d’oeuvre – pe­tit net­toyage de temps en temp­set sans ré­as­sort de pa­piers ni de rup­ture. Son coût de fonc­tion­ne­ment est ré­duit avec une faible con­som­ma­tion d’éner­gie. Il est aus­si as­sez éco­lo avec de faibles émis­sions de CO2 à la clé. On com­prend ai­sé­ment que cet équi­pe­ment in­no­vant et pra­tique à l’usage agace un tan­ti­net les in­dus­triels du pa­pier. Dans une guerre lob­bys qui n’est pas près de prendre fin… ■

* Re­com­man­da­tions de l’OMS pour l’hy­giène des mains au cours des soins pu­bliées par l’Or­ga­ni­sa­tion Mon­diale de la San­té 2009.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.