Les en­grais verts tou­jours ga­gnants

Cette culture, des­ti­née à être cou­pée jeune et lais­sée à la terre, a plu­sieurs ver­tus, dont celle de dy­na­mi­ser la vie du sol. Mais cer­taines pré­cau­tions doivent être prises pour ob­te­nir un bé­né­fice op­ti­mal. Mal se­mé, un en­grais vert peut être in­ef­fi­cace…

Détente Jardin Hors-série - - Sommaire -

Le prin­cipe de l’en­grais vert est le même de­puis des siècles : une culture tem­po­raire qui n’est pas des­ti­née, en prin­cipe, à être ré­col­tée, et que l’on en­fouit juste après la flo­rai­son.

Se­lon l’es­pèce se­mée, un en­grais vert ap­por­te­ra des élé­ments nu­tri­tifs va­riés, prin­ci­pa­le­ment de l’azote.

De mul­tiples mé­rites

Il ai­de­ra aus­si le sol à se dé­com­pac­ter na­tu­rel­le­ment, avec l’aide des vers de terre. La ma­tière or­ga­nique en­fouie dans le sol en­cou­rage la vie mi­cro­bienne, fa­vo­rise l’ac­ti­vi­té des vers de terre et, au fi­nal, amé­liore le drai­nage et l’aé­ra­tion du sol. Avant d’être en­foui, il em­pêche les mau­vaises herbes de prendre pied dans la par­celle. En­fin, les tiges de l’en­grais, une fois en terre, amé­liorent le drai­nage du sol, en ré­ser­vant des ca­vi­tés où l’eau s’écou­le­ra. Pour pré­pa­rer une par­celle, l’en­grais vert n’a que des mé­rites !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.