La mo­rille Un monde à part

Détente Jardin - - Découverte -

Ce cham­pi­gnon de gas­tro­nome, prin­ta­nier, fait des em­bar­dées au­tom­nales à cause du chan­ge­ment cli­ma­tique.

Mo­rille co­mes­tible Mor­chel­la es­cu­len­ta

La re­con­naître : cha­peau de forme co­nique à la tex­ture ca­rac­té­ris­tique d’éponge à gros trous. Pied mas­sif, creux, fra­gile, le tout à l’odeur agréable. En groupes lâches.

Quand et où ? Au pied d’arbres feuillus comme les pom­miers et les li­las, entre autres, es­sen­tiel­le­ment au prin­temps.

À sa­voir : elle se ren­contre ex­cep­tion­nel­le­ment en au­tomne, sur­tout en al­ti­tude. Il ne faut ja­mais la consom­mer crue.

Mo­rille d’au­tomne Hel­vel­la cris­pa

La re­con­naître : al­lure très dif­fé­rente de la mo­rille co­mes­tible, avec un cha­peau re­cro­que­villé en plis ir­ré­gu­liers, pied pro­fon­dé­ment rai­nu­ré. Sa tex­ture est fra­gile et elle se casse fa­ci­le­ment.

Quand et où ? Sous les arbres à la ra­mure lé­gère et en sol acide, en oc­tobre-no­vembre. Aus­si dans les pe­louses.

À sa­voir : toxique, ce cham­pi­gnon contient des sub­stances can­cé­ri­gènes. À fuir !

Mo­rille co­mes­tible

Mo­rille d’au­tomne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.